Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Les preuves de l'interdiction de filmer ou photographier (des êtres dotés d'âmes) selon le Qoran et la Sunnah avec les fatawa des savants de la Sunnah

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Les preuves de l'interdiction de filmer ou photographier (des êtres dotés d'âmes) selon le Qoran et la Sunnah avec les fatawa des savants de la Sunnah

    1re Partie
    Les dalîls tirées de la Sounnah authentique


    1- L'imâm Mouslim, qu'Allah lui fasse miséricorde, a rapporté selon Abou al Hyaj qu'il a dit que 'Ali ibn Abi Tâlib qu'Allah l'agrée, lui a dit :

    Je vais te donner comme message ce que le Prophète صلى الله عليه وسلم m'a donné comme message : "Que tu ne laisses aucune représentation sans que tu ne l'effaces, et aucune tombe surélevée sans que tu ne l'aplanisses !"
    Et dans une autre version "Aucune image sans que tu ne l'effaces !"

    2- L'imâm Al Boukhâry, qu'Allah lui fasse miséricorde, a rapporté selon ibn al 'Abbâs - qu'Allah l'agrée - que le Prophète صلى الله عليه وسلم lorsqu'il vit une image dans la maison sacrée il n'y entra pas jusqu'à ce qu'il ordonna qu'elle soit effacée. Il y vu Ibrâhîm et Ismâ'îl عليهما السلام tenants dans leurs mains des flèches (de tirage au sort) alors il dit :

    "Qu'Allah les combattent !(ceux qui dessinèrent cela) Ils n'ont jamais pratiqué le tirage au sort par les flèches."

    3- L'imâm Al Boukhâry qu'Allah lui fasse miséricorde a rapporté selon 'Abdullah, qu'Allah l'agrée, qu'il a dit :

    Le Prophète صلى الله عليه وسلم rentra à Mekkah le jour de la conquête et se trouvait autour de la maison sacrée trois cent soixante idoles. Alors il se mit à les taper de son bâton dans sa main tout en disant :

    جَاءَ الْحَقُّ وَزَهَقَ الْبَاطِلُ إِنَّ الْبَاطِلَ كَانَ زَهُوقًا
    { la vérité est venue et le faux est parti, car le faux est destiné à disparaître }
    (Le voyage nocturne, V.81)

    قُلْ جَاءَ الْحَقُّ وَمَا يُبْدِئُ الْبَاطِلُ وَمَا يُعِيدُ
    { La vérité est venue et le faux ne peut rien commencer ni renouveler }
    (Saba v49)

    4- L'imâm at Tirmidhy qu'Allah lui fasse miséricorde rapporta selon Jâbir qu'Allah l'agrée, qu'il ait dit :

    Le Prophète صلى الله عليه وسلم interdit les images dans les maisons et ainsi que leur confection.
    Et c'est un hadith bon (hassan).


    5- L'imâm Ahmad rapporta selon Abou az Zubeyr qu'il entendit Jâbir ibn 'Abdillah, qu'Allah l'agrée, prétendre que le Prophète صلى الله عليه وسلم interdit les images à l'intérieur des maisons et interdit également à l'homme (ainsi qu'aux femmes) de les fabriquer et qu'il ordonna 'Omar Ibn al Khattâb qu'Allah l'agrée, à l'époque de la conquête alors qu'il se trouvait à Batha, qu'il aille à la Ka'bah et qu'il y efface toutes les images qui s'y trouvaient.

    Et il صلى الله عليه وسلم n'entra pas dans la maison sacrée tant qu'elles ne furent pas toutes effacées.
    Il rapporta aussi selon Jâbir, qu'Allah l'agrée, qu'il ai dit :

    Il y avait dans la ka'bah des images alors le Prophète صلى الله عليه وسلم ordonna à 'Omar, qu'Allah l'agrée, qu'il les efface. Il mouilla alors un vêtement et les effaça avec. Alors le Messager d'Allah صلى الله عليه وسلم y pénétra et il ne s'y trouvait plus rien.


    6- L'imâm Al Boukhâry, qu'Allah lui fasse miséricorde, a rapporté selon le père de 'Awn ibn Juheyfah, qu'Allah l'agrée, qu'il avait acheté un jeune valet qui faisait des hijâmas et qu'il dit que le Prophète صلى الله عليه وسلم interdit le prix du sang ainsi que le prix du chien et le salaire de la prostituée, qu'il maudit celui qui mange du ribâ ainsi que son représentant. Qu'il maudit aussi le tatoueur et le tatoué consentant à cela ainsi que les représentateurs d'images.

    7- L'imâm Al Boukhâry qu'Allah lui fasse miséricorde a rapporte selon 'Aichah qu'Allah l'agrée qu'elle dit :

    Alors que le Prophète صلى الله عليه وسلم se plaignait de douleurs lors des affres de la mort, une de ses femmes, Maria, qu'Allah l'agrée, rappela une église qu'elle vu en terre de Habachah (Ethiopie). Oum Salamah et Oum Habibah, qu'Allah les agrées, furent également en terre de Habachah et décrivèrent la beauté de cette église et les images qui s'y trouvaient.
    Alors il صلى الله عليه وسلم releva sa tête et dit :

    "Ceux là ! Lorsque meurt un homme vertueux parmi eux ils construisent sur sa tombe un lieu d'adoration. Ensuite ils y reproduisent ces images. Ceux là sont les pires de la création auprès d'Allah."


    8- Mouslim, qu'Allah lui fasse miséricorde, a rapporté qu'un homme vînt à ibn 'Abbas, qu'Allah l'agrée, et il dit :

    Je suis un homme qui façonne des images. Alors dis-moi quel est le jugement qui s'y rapporte ?
    Il lui dit : Rapproche-toi de moi ! Alors il se rapprocha de lui.
    Ensuite il dit : Rapproche-toi de moi !
    Alors il se rapprocha de lui et il posa sa main sur sa tête et dit : Je vais t'informer de ce que j'ai entendu du Messager d'Allah صلى الله عليه وسلم . Je l'ai entendu dire :
    "Tout représentateur d'images est voué au feu. On attribuera une âme à chaque image qu'il aura façonnée et elle le châtiera dans la géhenne".
    Et il dit : Et si tu es obligé de faire cela alors dessine des arbres ou autre parmi ce qui n'a pas d'âme.


    9- Il rapporta aussi selon an Nadr ibn Anas ibn Malik, qu'Allah les agrées, qu'il était chez Ibn 'Abbas, qu'Allah l'agrée, et qu'il se mit a donner des fatawas sans dire "le Messager d'Allah صلى الله عليه وسلم ". Jusqu'à ce qu'un homme l'interrogea et dit :

    Je suis un homme qui façonne des images.
    Alors Ibn 'Abbas lui dit : Approche toi ! L'homme se rapprocha alors et Ibn 'Abbas dit :
    J'ai entendu le Messager d'Allah صلى الله عليه وسلم dire :
    "Celui qui façonne des images en ce bas-monde, il lui sera imposé de leur insuffler des âmes dans l'au delà et il en est incapable".


    10- Al Boukhâry qu'Allah lui fasse miséricorde a rapporté selon Mouslim qu'il ai dit : Nous étions avec Masrouq dans la demeure de Yassar ibn Numeyr et il vît sur un plateau des images représentatives et dit : J'ai entendu 'Adbullah, qu'Allah l'agrée, dire : J'ai entendu le Prophète صلى الله عليه وسلم dire :

    "Certes ceux qui auront le plus dur châtiment auprès d'Allah le jour du jugement sont les représentateurs d'images".
    Mouslim le rapporta aussi.


    11- L'imâm Ahmad, qu'Allah lui fasse miséricorde, a rapporté selon 'Abdullah, qu'Allah l'agrée, que le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

    "Les gens qui auront le pire châtiment le jour du jugement; un homme qui aura été tué par un Prophète صلى الله عليه وسلم , ou un homme ayant tué un Prophète صلى الله عليه وسلم , un imâm (gouverneur ou savant) égareur, et un représentateur parmi les façonneurs d'images".
    Ceci est un Hadith bon (hassan).

    12- L'imâm Al Boukhâry, qu'Allah lui fasse miséricorde, a rapporté selon Abou Zur'ah qu'il ai dit : Je rentrai dans une maison d'al Madînah en compagnie d'Abou Houreyrah, qu'Allah les agrées.
    Et il vit dans sa partie supérieure un dessinateur en train d'esquisser et dit :

    J'ai entendu le Messager d'Allah صلى الله عليه وسلم dire :

    "Et qui est plus injuste que celui qui essaie de créer comme Ma création. Qu'ils créent une graine ! Qu'ils créent un atome ! " [4]
    Rapporté aussi par Mouslim.

    13- L'imâm Al Boukhâry, qu'Allah lui fasse miséricorde, a rapporté selon 'Abdullah ibn 'Omar, qu'Allah les agrées, que le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

    "Certes ceux qui façonnent ces images seront châtiés le jour du jugement. Il leur sera dit : faîtes vivre ce que vous avez crée !!!"
    Rapporté également par Mouslim.

    14- Mouslim, qu'Allah lui fasse miséricorde, a rapporté selon 'Aichah, qu'Allah l'agrée, qu'elle ai dit :

    le Prophète صلى الله عليه وسلم revînt de voyage et j'avais mis sur ma porte un rideau contenant des représentations de cavaleries ailées. Alors il m'ordonna de les enlever aussitôt.

    15- L'imâm Al Boukhâry, qu'Allah lui fasse miséricorde, a rapporté selon 'Aicha, qu'Allah l'agrée, qu'elle ai dit : le Prophète صلى الله عليه وسلم revînt de voyage et j'avais mis une étoffe à moi en guise de rideau sur une porte et sur cette étoffe se trouvait des images représentatives. Lorsque le Prophète صلى الله عليه وسلم l'aperçu il la déchira et dit :

    "les gens qui auront le plus dur châtiment le jour du jugement sont ceux qui tentent d'imiter la création d'Allah".
    Alors elle dit : nous en fîmes un ou deux coussins.

    16- L'imâm at Tirmidhy, qu'Allah lui fasse miséricorde, a rapporté selon Abou Houreyrah, qu'Allah l'agrée, qu'il ait dit : le Messager d'Allah صلى الله عليه وسلم a dit :

    "Jibril m'est parvenu, et dit : j'étais venu la nuit dernière et la seule chose qui m'ait empêché d'entrer dans la maison dans laquelle tu te trouvais c'est la statue humaine qui se trouvait à la porte. Et il y avait aussi à l'intérieur une étoffe sur laquelle se trouvaient des images ainsi qu'un chien.
    Alors ordonne de faire couper la tête de la statue[5] qui se trouve à la porte et qu'elle prenne l'apparence d'un arbre. Et ordonne de faire couper les étoffes et fais-en des oreillers[6] à l'écart sans valeur ! Et ordonne que le chien soit sorti !"
    Alors le Prophète صلى الله عليه وسلم fit tout cela. Le chien était l'objet de tyrannie d'al Hassan et d'al Husseyne, qu'Allah les agrées. Il était sous un lit. Alors il donna l'ordre et il fût sorti de la maison.

    L'imâm Ahmad qu'Allah lui fasse miséricorde rapporta le même hadith selon Abou Houreyrah, qu'Allah l'agrée.


    17- L'imâm At Tirmidhy, qu'Allah lui fasse miséricorde, a rapporté selon Abou Houreyrah, qu'Allah l'agrée, qu'il ait dit : le Messager d'Allah صلى الله عليه وسلم a dit :

    "Une partie du feu surgira le jour du jugement ayant deux yeux qui voient et deux oreilles qui entendent et une langue qui parle et dira : j'ai été chargée de trois : tout orgueilleux obstiné, celui qui aura invoqué avec Allah une autre divinité, et les représentateurs."
    Ceci est un hadith authentique.


    Abou Bakr Ibn Abou Shaybah, qu'Allah lui fasse miséricorde, a rapporté que lorsque 'Omar, qu'Allah l'agrée, arriva en terre de Shâm, il lui vînt un homme parmi les hauts placés et dit :

    Je t'ai préparé à manger, donc j'aimerai que tu viennes afin que les gens de mon travail voient mon honorabilité et mon rang auprès de toi. Alors il lui dit :
    Certes nous ne rentrons pas dans des églises -ou il dit- synagogues dans lesquelles se trouvent des représentations. Fin de parole.
    Ce athar est authentique.
    Al Bayhaqy, qu'Allah lui fasse miséricorde, a rapporté selon Abou Mas'oud, qu'Allah l'agrée, qu'un homme lui prépara à manger et l'invita. Il lui dit : est-ce qu'il y a des représentations dans la maison ? Alors l'homme dit : oui. Alors il refusa d'entrer jusqu'a ce qu'il les casse, ensuite il entra.
    Ceci est un athar authentique.


    2éme partie
    Les fatawas des gens de science.


    1- Sheikh Mohammad al Amîn ash Shanqîty رحمه الله a dit dans le tafsîr du verset :


    وَطَهِِّرْ بَيْتِيَ لِلطَّائِفِينَ وَالْقَائِمِينَ وَالرُّكَّعِ السُّجُودِ

    { Et purifie Ma maison pour ceux qui y accomplissent les circombulations et ceux qui s'y tiennent debout et ceux qui s'y inclinent et se prosternent. } (Le Hajj, V.26)


    Il n'y aucun doute sur le fait que laisser rentrer ceux qui filment dans le masjid al Harâm autour de la maison d'Allah avec les apparegils de photographie ou les caméras filmant ceux qui accomplissent les rîtes d'adoration, que cela s'oppose à l'ordre d'Allah de purifier Sa maison pour eux.

    Que le viol de la sacralisation de Sa maison en y installant des caméras cela n'est pas permis.
    Car le fait de représenter les hommes est chose proscrite comme cela est prouvé par les hadîths authentiques.
    Cela est harâm et joint la représentation sous toutes ses formes.


    *** Paroles prises du rad 'ilmy sur Abou Ishâq al Joweyny p. 24.


    2- Sheikh Mohammad Ibn Ibrâhîm Al Ash sheikh, ancien moufti général du Royaume d'Arabie Saoudite رحمه الله , fut questionné sur les enregistrements visuels afin d'aider les employés d'accomplir leur fonction en bonne et due forme. Il dit :


    Nous ne voyons en cela que l'interdiction car cela fait apparaître les images, même si cela n'est que d'un bref instant puis s'estompe. Cela expose des images animées. Nous ne voyons pas que la chose ait atteint le stade de la daroura[7] qui autorise ce qui est proscrit comme le fait de manger de la chair morte pour qui y est contraint.


    *** Paroles prises du rad 'ilmy sur Abou Ishâq al Joweyny p. 1.


    3- Sheikh Mohammad Nâsir ad Dîn al Albâny رحمه الله a dit :


    Où est donc la prétendue daroura dans ta question, que l'on expose l'image du conférencier ou du sermonneur ou de l'enseignant ou du faqîh ou du mouhaddith ?


    La question : Quel est le jugement sur les vidéos islamiques ?

    Il répondit :
    Il n'est pas possible de voir cette appellation en notre époque !


    Il dit également رحمه الله :


    Parmi les gens qui se prétendent du fiqh et moi je les nomme "faqihs" de cette époque, il en est qui disent que celui qui représente au moyen d'appareils photo ou caméra vidéo par exemple, n'est pas de ceux qui se rendent analogues à Allah dans sa création. Mais plutôt qu'il exerce les causes tangibles créées par Allah mises au service de l'homme afin de faire ces images. A tel point que certains d'entre eux se sont vus submerger dans leur fantaisie et les paroles vaines au point de dire : "Celui qui film ne façonne pas d'images mais c'est Allah le façonneur qui en a retenu l'apparence ?!"
    Il s'agit là d'une obstination extrêmement ahurissante qui n'échappe à aucun être doté d'une saine clairvoyance. Car le sujet est un sujet de représentation.


    Il a dit également رحمه الله :


    Ceux qui façonnent ces images à l'aide de ces appareils, ce sont eux les représentateurs. Ils sont au feu comme l'a dit le Prophète صلى الله عليه وسلم : " Tous les représentateurs sont au feu."


    Et il صلى الله عليه وسلم a dit : " Allah a maudit les représentateurs." Il leur sera dit : "Faîtes vivre ce que vous avez crée."[8]


    *** Al fatawa al koweytiyah p.118.


    Il fut interrogé رحمه الله :
    Est-ce hallâl ou harâm en ces temps actuels d'avoir une télé dans la maison ?

    La réponse (résumé à la partie nous concernant) :
    Qui parmi vous écoute ce qui passe à la télé puis m'informe si son mal est plus grand que son bien ?

    Le questionneur :
    Son mal est plus grand que son bien !

    Le Sheikh :
    Alors ce n'est pas permis !

    *** Al ibraz li aqwal al oulema fi houkm al tilfâz wa al taswir p.11.


    4- Sheikh Mouqbil رحمه الله démontrant que les représentations sont illicites :


    Peu importe que soit la télévision ou la vidéo et les téléphones avec écran de vision comme les télévisions ou le cinéma ou les appareils qui retransmettent en direct dans les stades ou dans les salles universitaires ou les appareils de vision suspendus...


    Il dit également رحمه الله :


    Et la parole sur la permission des représentations pour l'éducation n'est basée sur aucune preuve.


    *** Paroles tirées de sa risâlah houkm taswir dhawat al arwâh p.28,29.


    Il fut questionné رحمه الله :


    Quelles sont les normes requises pour que des savants apparaissent à la télé. Est-ce que cela est défendu dans l'absolu ?


    La réponse :


    Est-ce que celui qui passe à la télé peut dire ce qu'il veut ou bien s'il arrivait qu'il prononce des paroles s'opposant aux passions des politiciens, ceux-ci ne propageraient pas ses paroles ?
    Il ne s'agit pas là d'un sujet d'assentiment ou d'avis car la télé contient des images et le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit : "Les anges ne rentrent pas dans une maison contenant un chien ou des représentions."

    La télé contient le regard de l'homme vers la femme et vice et versa et le Prophète صلى الله
    عليه وسلم a dit :


    " Allah a écrit pour le fils d'Adam sa part de fornication commise inévitablement. La fornication de l'oeil est la vue, la fornication de la langue est la parole, l'âme convoite et désire et la partie génitale croit en cela ou le renie"



    La barakah vient d'Allah. Il se peut qu'une simple parole soit prononcée lors d'une petite assise et qu'Allah élève par sa cause les serviteurs et les pays[9] puis se propage jusqu'en Amérique, en Angleterre ou ailleurs. Tout comme il se peut qu'une parole soit répandue par divers procédés de diffusion et cela de façon répétitive mais qui à la final se voit faire autant d'effet qu'un pet silencieux dans une foire. Elle n'apporte aucun fruit et personne n'en tire profit.
    Nous avons été ordonnés de nous tenir sur la droiture. Nous n'avons pas à commettre des actes de désobéissances pour améliorer les autres.


    وَلْتَكُنْ مِنْكُمْ أُمَّةٌ يَدْعُونَ إِلَى الْخَيْرِ وَيَأْمُرُونَ بِالْمَعْرُوفِ وَيَنْهَوْنَ عَنِ الْمُنْكَرِ وَأُولَئِكَ هُمُ
    الْمُفْلِحُونَ

    { Que soit issu de vous une communauté qui appelle au bien, qui ordonne le convenable et qui interdit le blâmable. Et ce sont eux ceux qui réussissent. }
    (La famille d'Imran, V.104)

    Pourquoi ne lui permettent-ils pas de passer à la radio et qu'il dise ce qu'il dit à la télé ?
    Quelle désolation que de voir certains savants se soumettre au bon vouloir de la société, que le hallâl soit ce qu'elle ait rendu hallâl ainsi que le harâm.
    Ils ne sied pas aux savants qu'ils délaissent la science pour l'ignorance et la Sounnah pour la bid'ah.


    *** Al ibraz li aqwal al oulema fi houkm al tilfâz wa al taswir p.34, 35.

    5- Sheikh 'Abdulazîz Ibn Bâz رحمه الله a dit :


    Il n'est pas autorisé de filmer (ou photographier) les gens avec ou sans leur approbation. Mais si cela arrive avec leur consentement alors le péché en devient encore plus considérable.
    La représentation des êtres possédants des âmes est illicite puisque le Prophète صلى الله عليه
    وسلم a maudit les représentateurs.



    *** Fatawa nour 'ala darb al 'aqîdah p.318.

    Il a également dit رحمه الله :

    La télévision est un instrument dangereux et provoque d'immenses préjudices, comme les cinémas ou voir pire.
    Et nous avons pris connaissance en lisant les ouvrages des gens expérimentés en ce domaine dans les pays arabes et autre, ce qui prouve sa dangerosité.
    Ainsi que le grand nombre de ses nuisances dans la 'Aqîdah, dans les moeurs et la situation de la société.


    *** Fatawa 'oulema al balad al harâm p.1606.


    Il fut questionné رحمه الله :


    Quel est le jugement se rapportant à l'enseignement du lavage funéraire ainsi que l'embaumement par vidéo ?


    La réponse :


    L'enseignement doit se faire sans vidéo par preuve des nombreux hadîths authentiques interdisant la confection d'images, ainsi que la malédiction sur ses adeptes.


    *** Al ibraz li aqwal al oulema fi houkm al tilfâz wa al taswir p.25.


    6- Sheikh Sâlih al Fawzan حفظه الله a dit :


    Il n'est pas permis de posséder des photos hormis ce qui est daroura.
    Il a dit également à propos des vidéos, cinémas ou autre pour l'enseignement des matières légiférées :
    Mon avis est que cela n'est pas permis car cela inclus irrémédiablement les représentations et celles-ci sont proscrites. Il n'y a pas de daroura.


    *** Al Mouqtany p.339.


    7- Al lajnah ad daimah (la commission permanente) a dit :


    Il n'est pas permis d'acheter ou de vendre les dessins animés pour ce qu'ils contiennent comme images interdites.


    *** Fatwa 19933.


    Elle a dit également :


    Le jugement sur les représentations vidéo ou photographiques est l'interdiction. Cela est illicite pour la généralité englobée par les dalîls.


    *** Fatwa 16359.


    8- Sheikh Yahyâ al Hajoûry حفظه الله fut questionné sur le jugement quant au fait de faire rentrer un téléviseur dans la maison sous prétexte de vouloir voir les guerres, suivre les informations et
    pouvoir visionner les programmes religieux.


    Sa réponse fut :


    Les télés contiennent des représentations d'êtres possédants des âmes et les anges ne pénètrent pas dans un foyer où s'y trouve un chien ou des images.
    La télé métamorphose la nature première des enfants et le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit : "Vous êtes tous bergers et responsables de votre troupeau."
    La télé propage la corruption, la vision de l'homme vers la femme et l'inverse et Allah dit :


    قُلْ لِلْمُؤْمِنِينَ يَغُضُّوا مِنْ أَبْصَارِهِمْ
    { Et dis aux croyants de baisser leur regard }
    (La lumière v30)


    La télé diffuse les mauvaises moeurs et le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit : "La chose pesant le plus sur la balance est le bon comportement."
    La télé propage la danse, l'inconsistance, les mauvaises manières, le vol, le mensonge et le dévergondage.
    La télé cause la perte du temps. Ces quelques nuisances citées suffisent à rendre harâm l'instauration des téléviseurs dans les demeures ainsi que leur vente et son achat.


    Il a dit également :


    Cet appui que l'on rencontre sur la vidéo, la télévision et tout ce qui y ressemble fait parti des assentiments contemporains dont il incombe de s'éloigner. On s'en passe par les cassettes.


    *** Al katr al thamîn min fatawa an nâsih al amîn V4 P382.


    9- Sheikh Sâlih Al Sheikh حفظه الله a dit :

    La représentation d'êtres possédant des âmes est interdite sous toutes ses formes pour la généralité englobée par les dalîls. Il n'y a aucune différence entre ce qui possède une ombre ou non. Tout ce qui est nommé "représentation", sa confection n'est pas permise, ni de se la procurer ou de l'employer. Les hadîths sur cela sont nombreux.


    Il a dit :


    Les photos ne sont pas permises hormis celles de sécurité et ce qui y ressemble parmi ce qui est indispensable. Tout en ayant de la répulsion, sans les agréer.


    *** Al manthar fi al masail al 'asriyah p.106.


    10- Sheikh Abdulaziz Ibn Abdillah ar Râjihy حفظه الله fut questionné :


    Il se propage au sein des gens que son éminence Sheikh Ibn Bâz donnait des fatwas autorisant de filmer. Et comme vous êtes de ceux qui l'ont fréquenté de près avec votre connaissance de ses paroles, nous espérons de votre grâce un éclaircissement évident de cette affaire. Etant donné que le shirk le plus conséquent dans les communautés se trouve dans les représentations et les tombes.
    Donc est-ce que le fait de filmer entre dans la globalité des dalîls ?

    Qu'Allah vous récompense, et qu'il élève l'islâm et les mouslims par votre cause.


    La réponse :


    Les louanges sont pour Allah. Salat et salâm sur le Messager d'Allah, notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille, ses compagnons et tous ceux qui l'ont suivi par la bienfaisance jusqu'au jour de la résurrection.
    Amma ba'd :

    Je n'ai pas connaissance que son éminence, notre Sheikh Abdulaziz Ibn Bâz ai donné des fatawas autorisant de filmer. Je ne connais de lui que l'interdiction absolue des représentations sauf pour la daroura, comme les photos de carte d'identité, passeport, permis de conduire et les diplômes scientifiques[10], pour la parole d'Allah :


    وَقَدْ فَصَّلَ لَكُمْ مَا حَرَّمَ عَلَيْكُمْ إِلََّّ مَا اضْطُرِرْتُمْ إِلَيْهِ وَإِنَّ كَثِيرًا لَيُضِلُّونَ بِأَهْوَائِهِمْ ب غَيْرِ
    عِلْمٍ إِنَّ رَبَّكَ هُوَ أَعْلَمُ بِالْمُ عْتَدِينَ

    { Alors qu'Il vous a détaillé ce qu'Il vous interdit, hormis ce à quoi vous êtes contraints d'y recourir. Beaucoup de gens égarent sans science de par leurs passions. Certes c'est ton Seigneur qui connaît le mieux les transgresseurs. }
    (Al an'am, V.119)


    En dehors de cela il n'y a que l'interdiction, comme cela est affirmé dans les hadîths authentiques de la sévère menace planant sur les représentateurs et de la malédiction comme dans la parole du Prophète صلى الله عليه وسلم : "Allah a maudit les représentateurs."


    *** Al ibrâz fi aqwal al 'ouléma fi houkm at tilfâz wa at taswouir p.27.


    Il fut encore questionné حفظه الله :


    Quel est le jugement qui se rapporte quant au fait de filmer par caméra vidéo ? Est-il semblable à une caméra normale[11] ?


    La réponse :


    La représentation des êtres possédants des âmes, des animaux n'est pas permise sauf en cas de daroura. Comme pour les photos des papiers d'identité, permis de conduire, les diplômes
    scientifiques. Allah a dit :


    وَقَدْ فَصَّلَ لَكُمْ مَا حَرَّمَ عَلَيْكُمْ إِلََّّ مَا اضْطُرِرْتُمْ إِلَيْهِ وَإِنَّ كَثِيرًا لَيُضِلُّونَ بِأَهْوَائِهِمْ بِغَيْرِ
    عِلْمٍ إِنَّ رَبَّكَ هُوَ أَعْلَمُ بِالْمُعْتَدِينَ

    { Alors qu'Il vous a détaillé ce qu'Il vous interdit, hormis ce à quoi vous êtes contraints d'y recourir. Beaucoup de gens égarent sans science de par leurs passions. Certes c'est ton Seigneur qui connaît le mieux les transgresseurs. }
    (Al an'am, V.119)


    Quant au fait que l'homme se filme lui-même (ou se photographie), ou ses enfants en guise de souvenir puis l'exhibe comme le font les gens, cela est harâm.


    *** Al ibrâz fi aqwal al 'ouléma fi houkm at tilfâz wa at taswouir p.43.

    11- Sheikh Rabi' al Madkhaly حفظه الله donna le même avis juridique.

    *** Al ibrâz fi aqwal al 'ouléma fi houkm at tilfâz wa at taswouir p.34.

    12- Sheikh Ahmad Ibn Yahyâ an Najmy رحمه الله fut questionné :

    Quel est votre avis quant à l'apparition des prédicateurs à travers les chaines télévisées ?

    La réponse :

    Cela est devenu à notre époque parmi les choses… C'est-à-dire… A vrai dire desquelles il est dit qu'elles font parti de la daroura. Cependant on analyse cette prétention et dans ce à quoi il appelle.
    Quant à son apparition à la télé, pas de doute à voir en cela qu'il s'agit là d'une chose mauvaise.
    Néanmoins, ou plutôt cela est moindre que ce à quoi il appelle.


    *** Al ibraz fi li aqwal al oulema fi houkm al tilfaz wa at taswir p. 4.

    Fin de citation.


    *** Donc que ceux qui différencient entre le fait de filmer et de photographier qu'ils apportent leurs preuves.

    قُلْ هَاتُوا بُرْهَانَكُمْ إِنْ كُنْتُمْ صَادِقِينَ
    { Dis apportez vos preuves si vous êtes véridiques.}
    (La vache, V.111)


    Et quant aux imitateurs ignorants qui disent : Sheikh untel a dit, Sheikh untel l'autorise, il y a divergence sur le sujet… Nous leur rappelons la parole d'Allah :

    أَمْ لَهُمْ شُ رَكَاءُ شَرَعُوا لَهُمْ مِنَ الدِِّينِ مَا لَمْ يَأْذَنْ بِهِ اللهُ
    { Ont-ils des associés qui leur ont légiféré ce qu'Allah n'a pas permis.}
    (La consultation, V.21)

    الحمد لله رب العالمين


    _______________________

    [1] Ndt. L'une des traductions les plus proches et fidèle de cette expression est "quoi qu'il advienne" et non pas "ensuite" ou "ceci dit" ou "ceci étant" comme on peut le voir fréquemment. J'ai interrogé le Sheikh Abou Bilâl al Hadramy حفظه الله qui est un des grands tulabs de Dâr al Hadîth spécialisé dans la grammaire arabe, sur ces traductions prises en apparence et il a dit que cela n'est pas correct car cette expression a une analyse grammaticale dont le sens diffère de son apparence. Il a dit que les termes doivent être traduits sur leur sens et non sur leur apparence comme cela est connu chez les savants.

    [2] Ndt. Les hadîths citées sont tirés d'une rissâlah de l'imâm al Wâdi'y "houkm taswouir dhawat al arwah" dont la traduction complète est à venir incha Allah. Il authentifia tous ces hadîths et athars.

    [3] Ndt. Ces fatawas sont tirées d'un fascicule écrit par un des tulâbs de Dâr ah Hadîth de Dammâj, le frère Abdulfattâh le somalien canadien, en réplique à 'Oubeyd al Jâbiry qui lui autorise cela sans daroura. Pour l'original Voir ici

    [4] Ndt. Il s'agit bien sur d'une parole d'Allah et non du Messager صلى الله عليه وسلم lui-même.

    [5] Ndt. Ce hadith démontre la vraie manière de s'y prendre avec les représentations. Quant à ceux qui se contentent de ne couper que les yeux n'ont pas de dalîl authentique sur cela.

    [6] Ndt. Sheikh Mouqbil رحمه الله a dit que cela ne signifie pas qu'il est permis d'avoir des oreillers comprenant des images car il se peut qu'ils aient coupé cette étoffe sans y laisser les têtes.

    [7] Ndt. Il s'agit de la nécessité vitale indispensable.

    [8] Ndt. J'ai supprimé une légère partie de cette parole pour le manque d'éclaircissement qu'elle contenait sans que cela n'altère le sens.

    [9] Ndt. L'actualité en est la meilleure preuve lorsque l'on constate le résultat de la da'wa de cet imâm revivificateur en notre siècle. Il commença sa da'wa au sein de sa tribu dans un coin perdu au milieu des montagnes du Yémen, nous dirons même en plein fief des rafidahs à Sa'dah où la Sounnah était inexistante. Voila que son merkez est devenu le plus grand centre du monde salafi pour talab al 'ilm, d'où les étudiants arrivent de tous pays.
    Avait-il une association ? Demandait-il de l'argent aux gens ? A-t-il fait une inauguration en distribuant de la viande aux gens et en demandant au Sheikh untel ou untel de donner une conférence par téléphone afin d'attirer le plus de monde ? A-t-il fait des inscriptions afin de vendre des parcelles de terre pour y bâtir les maisons des étudiants ? A-t-il ouvert un institut d'apprentissage d'informatique ou d'anglais et donner des cours payants pour que les élèves aient des cartes de résidence ? Se faisait-il défendre de ses ennemis par des inconnus écrivant derrière des pseudos ? Et j'en passe…
    Après ces gens se disent être de sa da'wa et sur son suivi ???

    [10] Ndt. Sheikh Mouqbil dit dans sa rissâlah "houkm taswouir dhawât ar arwah" : Si l'individu est contraint (de se faire photographier) comme pour les passeports et que ce soit pour le Hajj ou autre parmi les voyages nécessaires ou les cartes d'identité ou les permis de conduire ou cartes de travail ou les images sur les billets alors le pêché est sur le gouvernement qui l'y a contraint.

    La limite de la nécessité : que tu ne puisses pas délaisser ces photos pour des choses dont tu as besoin qui te sont obligatoires. Et quant aux photos qui sont demandées à l'étudiant ou au militaire elles ne sont nullement nécessaires, car il t'est possible de délaisser les études dans les écoles et d'aller rechercher la science auprès des savants dans les mosquées. Et l'armée, il t'est possible d'aller travailler et de la délaisser.

    [11] Ntd. Peut-être veut-il différencier entre une caméra enregistrant ce qu'elle filme et une caméra retransmettant en direct et Allah est plus savant ?

  • #2
    Fatwa de sheikh al Fawzân

    . سماحة الشيخ: ورد مجموعة من الأسئلة تسأل عن حكم التصوير بالفيديو والجوال.
    الجواب: الرسول صلى الله عليه وسلم حرّم التصوير مطلقا، ولم يحدد الآلة التي يكون بها التصوير، لم يحدد الآلة، سواء رسمًا باليد أو نحتًا أو فوتوغرافيًا، كله يدخل في مسمى التصوير، والناس يسمونه تصوير، كل الناس يسمونه تصوير، فما كان تصويرًا فهو حرام، إلا ما دعت الضرورة إليه فيباح بقدر الضرورة، نعم
    .
    Question à sheikh al Fawzân :
    Votre éminence,
    un ensemble de questions se rapportant au jugement du fait de répresenter des images par vidéo ou (de filmer) par téléphone portable ?


    Réponse : Le prophète a rendu illicite le taswîr (le fait de représenter des images d’êtres dotés d’âme) dans l’absolu. Il n’a pas déterminé les instruments pour faire du taswîr. Il n’a rien déterminé, qu’il s’agisse de dessins faits à la main, ou de sculpture, ou de photographie. Tout cela rentre dans le taswîr et les gens nomment cela taswîr. Donc tout ce qui est taswir est illicite. Hormis ce qui contraint par darûra, alors cela est permis en mesure de la nécessité. Oui. Fin de citation…

    Source : http://www.alfawzan.af.org.sa/node/4439

    Commentaire


    • #3
      Mais comment les gens de sciences selon les preuves de la sunna ont ils defini une image?
      Faut il quelle soit obligatoirement dotée de ses deux ueux bouche etc ou même une image de profil est une image صورة??

      Commentaire


      • #4
        Ils l'ont définie en se basant sur le hadîth où Jibrîl dit de couper la tête de la statue pour qu'elle prenne la forme d'un arbre. Et il y également ce qui a été rapporté de Ibn 'Abbâs: L'image c'est la tête. Si celle-ci est coupée il n'y a alors plus d'image. Rapporté par Abou Dâoud. Et il rapporta également cette parole de l'imâm Ahmad. Donc de là toute image ayant une tête sous n'importe quel angle ou même qu'il s'agisse d'une simple silhouette, il faut la couper. Sheikh Abou Bilâl al Hadramy m'a dit que cela concerne aussi les choses inanimées (cubes, ronds, triangles) auxquelles on aurait ajouté un visage.

        Commentaire


        • #5
          Arrêtez de filmer à l'intérieur du Haram! (Cheikh Al Fawzan)


          http://aloloom-fr.com/showthread.php?t=1369
          قال رسول الله صلى الله عليه وسلم لرجل وهو يعظه

          اغتنم خمسا قبل خمس شبابك قبل هرمك وصحتك قبل سقمك وغناك قبل فقرك وفراغك قبل شغلك وحياتك قبل موتك

          Commentaire


          • #7
            Filmer et prendre des photos lors des conférences et ailleurs
            Cheikh Badî’ ad-Dîn as-Sindi

            Le Cheikh Badî’ ad-Dîn as-Sindi a dit :

            « Maintenant nos frères de AhleHadeeth ont un amour pour la prise d'images. Nos conférences ne se font pas sans qu'il y ait des images de prises. Comment une conférence peut-elle être bénie quand la malédiction d'Allah la couvre (à cause de la prise d'images) ! Cette conférence peut-elle être un moyen de bonne orientation, un moyen de rectitude ? Et ces gens qui commettent ces actions, doit-on les considérer comme des gens qui font des efforts dans le sentier d'Allah ou comme des gens indignes ?

            Qu'Allah vous accorde le bien, pourquoi cette honte s'est-elle produite ? Cela s'est produit car nous avons perdu la conservation de la religion, la clairvoyance, et le savoir du Messager qu'Allah a mis dans nos cœurs.

            Maintenant quelle est la réalité ? Nous avons commencé à enregistrer des vidéos et à prendre des photos, alors [qu'avant] cela ne s'est jamais produit. Pour Allah, dites-moi : quand ces actes n'avaient pas cours, quand les gens ne connaissaient pas ces choses, les Muslims étaient-ils dans une condition meilleure, ou est-ce que leur condition est meilleure maintenant ? Il y avait du îmân, de la Taqwâ, et de la dépendance à l'égard d'Allah dans la précédence condition ; il n'y a pas de îmân, pas de taqwâ et de dépendance à l'égard d'Allah dans la présente.

            « Nous l'abandonnerons avec ce qu'il a choisi. » C'est arrivé. C'est comme cela que le Chirk aura lieu. Des photographies seront prises, puis nous les exalterons et les vénèreront et les orneront de fleurs. C'est bien la source originale du Chirk. Ces gens, qui participent à des actions de Chirk comme celles-là, vont-ils s'efforcer pour Allah, ou apporter la corruption...

            Les conférences vont-elles cesser d'être bénéfiques s'il n'y a pas de photographie ? Avez-vous déjà vu un rassemblement plus grand que celui-ci ? On ne devrait pas trouver cette habitude en notre sein (AhleHadeeth) ; les autres sont responsables de leurs propres affaires. Nous sommes attristés par les actes des nôtres. Nos propres gens ont détruit cette religion. Ils ont fait de la jam’iyyah un moyen d'amener le désaccord. Si vous voulez vraiment être rectifiés, alors repentez-vous à Allâh [en ayant la ferme résolution] de ne jamais prendre d'images et de ne pas faire prendre d'images non plus... »

            Source : aloloomenglish.net
            Dernière modification par 'Abderrahman Abu Ahmad el Firansiy, 13-08-15, 13:52.
            « Le signe des gens de la Sunnah est qu'ils suivent les Salaf as-Sâlih et délaissent tout ce qui est innové et nouvellement introduit dans la religion. » – Imâm el Asbahâniy [m. 535 H]

            Commentaire


            • #8
              Un argument de ceux qui pensent que les vidéos montrant des visages (de prêcheurs ou autre) sont permises est le suivant, et c'est apparemment un argument de Cheikh Ibn al-‘Uthaymîn – qu'Allah lui fasse miséricorde – :

              « Il faut faire la différence entre les images tangibles comme celles sur papier, et les non tangibles comme celles prises par des appareils numériques/analogiques[1] et qui sont contenues dans ce genre d'appareils. Les premières (les classiques, sur papier ou autre) sont interdites si elles représentent des êtres possédant une âme, par contre les deuxièmes (non tangibles, des 0 et des 1 disons), ce ne sont pas des images, donc elles ne rentrent pas dans l'interdit et filmer n'est pas du taşwîr (confection de şûrahs, de représentations). »

              Réponse

              On peut faire ces remarques :

              1) Les non tangibles deviennent tangibles à un moment : une fois qu'on se sert d'un autre appareil comme un téléphone portable pour les afficher, les 0 et les 1 se transforment en image et on pourrait même toucher, si ce n'était pas dangereux, la partie de l'écran qui se colorise, donc cela devient interdit à cet instant car il nous est ordonné d'effacer toute représentation, et si c'est dans une maison les Anges n'y entrent pas.

              Il est donc interdit de regarder ces vidéos quoi qu'il en soit : que celui qui les a filmées ait fait du taşwîr ou non ! Car au final ce sont bien des images qui s'affichent.

              2) Même si filmer avec ce genre d'appareil n'était pas du taşwîr, celui qui filme a pour objectif d'obtenir des vidéos, des images qui seront affichées par des écrans, c.-à-d. que son but est de commettre un interdit, donc c'est interdit aussi de filmer, qu'on appelle cela taşwîr ou pas.

              3) Le film ne se fait pas tout seul, les images ne se sont pas formées toutes seules, c'est le caméraman qui en est à l'origine : il a fait ce qu'il faut pour que des images puissent être fabriquées par les appareils qui les affichent, même si au début il n'a fait que leur donner des 0 et des 1 par exemple. Donc comment dire que ce n'est pas du taşwîr ? C'est bien pour cela qu'en arabe cela s'appelle taşwîr et filmer se dit şawwar.

              L'image n'apparaît pas tout de suite mais sera affichée plus tard à partir des 0 et des 1, tandis que le dessin d'un dessinateur apparaît immédiatement à partir de ses coups de peinture. C'est la seule différence, l'un comme l'autre on fait une şûrah, mais si on ne voit pas cela, alors au minimum on doit reconnaître que le caméraman participe à la confection d'une şûrah et s'entraider dans le mal est interdit.

              4) Si on est de cet avis (que prendre et visionner ces vidéos est permis) alors on doit aussi juger permis la photographie avec un appareil du même type que les caméras (appareil numérique ou autre, qui les prend d'abord sous forme de 0 et de 1, et avec lequel on peut ensuite afficher et visionner les clichés !).


              [1] Un appareil photographique numérique est « un appareil photographique qui recueille la lumière sur un capteur photographique électronique, plutôt que sur une pellicule photographique, et qui convertit l'information reçue par ce support pour la coder numériquement. »

              Autrement dit avec ce genre d'appareil, l'« image » ne se trouve d'abord que sous forme de 0 et de 1 (pour simplifier). Il n'y a apparemment pas d'images telles qu'on les connaît de faites tout de suite.

              Un appareil analogique est un appareil qui représente l'information par la variation d'une grandeur physique (ex. : une tension électrique). La différence avec un système numérique, c'est qu'« un système analogique convertit les informations en une autre valeur qui varie de façon analogue à la source (d'où le nom de système analogique), alors qu'un système numérique convertit les informations en une valeur comprise dans une liste prédéfinie de valeurs (et donc limitée), et échantillonnée. »
              Dernière modification par 'Abderrahman Abu Ahmad el Firansiy, 05-08-15, 20:37.
              « Le signe des gens de la Sunnah est qu'ils suivent les Salaf as-Sâlih et délaissent tout ce qui est innové et nouvellement introduit dans la religion. » – Imâm el Asbahâniy [m. 535 H]

              Commentaire


              • #9
                D'autres sont d'avis que la vidéo en direct, non conservée, est autorisée contrairement à la vidéo enregistrée et conservée et que l'on peut toujours voir plus tard (c'est peut-être l'avis du Cheikh Al-Fawzân si je me souviens bien).

                Réponse

                Quand on regarde une vidéo, même en direct, est-ce que c'est une représentation ou pas ? Une vidéo ce n'est qu'une succession d'images qui apparaissent puis disparaissent rapidement, mais elles s'affichent bien un moment, elles sont bien là à l'écran, et cela représente un être humain, que ce soit avec des pixels ou autre. Il n'y a aucune différence avec le fait de prendre une photo, de la transporter à l'intérieur d'une maison, de l'y laisser un moment, puis de la détruire (si elle n'est pas conservée). Est-ce que cela est permis ? Non, donc comment peut-on dire que filmer en direct n'est pas du taşwîr ? Il n'y a pas la moindre différence à part le moment d'affichage et le temps de conservation de la représentation (şûrah).

                Celui qui autorise de filmer en direct doit aussi autoriser de prendre une photo d'être humain et de la détruire juste après et dire que ce n'est pas du Taşwîr.
                « Le signe des gens de la Sunnah est qu'ils suivent les Salaf as-Sâlih et délaissent tout ce qui est innové et nouvellement introduit dans la religion. » – Imâm el Asbahâniy [m. 535 H]

                Commentaire


                • #10
                  Comment est jugé d'avoir un appareil photographique
                  Cheikh ‘Abd el-Muhsin el-‘Abbâd

                  Question : Je suis un jeune qui a acheté un appareil photo, et je le cachais de mon père. Il l'a trouvé et l'a pris. Il a dit : les images sont illicites. Quel est donc votre avis ?

                  Réponse : Photographier des humains, des animaux et ce qui a une âme n'est pas permis. Mais photographier des choses qui n'ont pas d'âme, comme un arbre ou un bâtiment et ce genre de choses, il n'y a pas de mal à cela. Si les photos sont de quelque chose qu'il est interdit [de représenter], alors il n'est pas permis d'avoir un appareil photo. Si les photos sont de quelque chose qu'il est permis de photographier, alors il n'y a pas de mal à posséder un appareil photo. »

                  [Charh Sunan Abi Dâwûd n° 359]


                  D'après la trad. anglaise de Faysal Ibn ‘Abd Al-Qâdir Ibn Hassan

                  Source : darussaafi.wordpress.com
                  « Le signe des gens de la Sunnah est qu'ils suivent les Salaf as-Sâlih et délaissent tout ce qui est innové et nouvellement introduit dans la religion. » – Imâm el Asbahâniy [m. 535 H]

                  Commentaire


                  • #11
                    J'ai enlevé de la citation du Cheikh As-Sindi les passages ajoutées entre crochets et autres par SPublications qui indiquaient que le cheikh critiquait la jam’iyyah Ahl-e-hadith, non pas que je soutienne cette jam’iyyah mais pour ne pas imputer au cheikh une position qu'il n'avait pas, car venant de spubs, ces rajouts sont au minimum douteux.
                    « Le signe des gens de la Sunnah est qu'ils suivent les Salaf as-Sâlih et délaissent tout ce qui est innové et nouvellement introduit dans la religion. » – Imâm el Asbahâniy [m. 535 H]

                    Commentaire


                    • #12
                      Cheikh Ibn Al-‘Uthaymîn réaffirme sa position sur la prise de photographies

                      Au Nom d'Allâh, le Tout Miséricordieux, le Très-Miséricordieux

                      De Muhammad b. Sâlih al-‘Uthaymîn à son honorable frère le cheikh... qu'Allah le préserve, le mette parmi les pieux, Ses pieux alliés et son parti victorieux. Âmin. Ensuite :

                      « ...Et ce que tu as signalé – qu'Allah te préserve – comme répétition de ma réponse sur la permission des images prises avec un appareil photo : alors je t'informe, mon frère, que je n'ai pas permis de prendre des images [entendant par là les images de choses qui ont une âme, comme les humains et autres] sauf en cas de nécessité (đarûrah) ou de besoin (ĥâjah) comme : les papiers d'identité, les permis [de conduire...], l'établissement des droits et ce genre de choses.

                      Quant à prendre des images pour la vénération, la mémoire, ou le plaisir que procure de les regarder, je n'ai pas permis cela, que ce soit des statues ou des images faites à la main ou avec un appareil, en raison de la généralité de la parole du Prophète :

                      « لا تدخل الملائكة بيتاً فيه صورة »
                      Les Anges ne rentrent pas dans une maison où il y a une image.

                      Et je n'ai cessé de rendre cela comme verdict et d'ordonner à celui qui détient une image pour le souvenir de la détruire. Et je suis souvent sévère s'il s'agit de l'image/photo d'une personne décédée.

                      Quant aux images de choses qui ont une âme comme les humains et autres, il n'y a pas de doute sur leur interdiction, et cela fait partie des péchés majeurs, du fait qu'a été affirmée la malédiction de celui qui en fabrique de la voix du Messager , et cela est évident pour ce qui est des statues, c.-à-d. des figurines, ou ce qui est fait à la main. Quant à l'appareil qui saisit l'image instantanément sans qu'il n'y ait aucune action de la main de la part du photographe pour dessiner un visage ou les détails du corps etc., alors si une image est produite pour la mémoire ou dans des buts tels que celui-ci pour lesquels il n'est pas permis de prendre une image, la produire avec un appareil photo est interdit, en interdiction des moyens (taĥrîm al-wasâ'il). Si une image est produite pour la nécessité ou le besoin, alors il n'y a pas de mal.

                      C'est le résumé de mon avis sur cette question. S'il est juste, alors c'est d'Allah et Il est Celui qu'on Loue pour le bienfait. S'il est faux, c'est de mes manques ; je demande à Allah qu'Il me le pardonne, et qu'Il me guide à ce qui est juste, wa s-salâmu ‘alaykum wa rahmatullâhi wa barakâtuh.

                      [Majmû’ al-Fatâwá wa Rasâ'il (2/287)]


                      D'après la traduction anglaise de Abû Sulaymân Faysal b. ‘Abd Al-Qâdir Ibn Hassan et avec l'aide de Khalîl jazâhum Allâh kheyrâ.

                      Source : aloloomenglish.net
                      « Le signe des gens de la Sunnah est qu'ils suivent les Salaf as-Sâlih et délaissent tout ce qui est innové et nouvellement introduit dans la religion. » – Imâm el Asbahâniy [m. 535 H]

                      Commentaire


                      • #13
                        Voir aussi :
                        « Le signe des gens de la Sunnah est qu'ils suivent les Salaf as-Sâlih et délaissent tout ce qui est innové et nouvellement introduit dans la religion. » – Imâm el Asbahâniy [m. 535 H]

                        Commentaire


                        • #14
                          Le jugement sur les photos (d'êtres dotés d'âmes)
                          Cheikh Zayd al-Madkhali

                          بسم الله الرحمن الرحيم

                          Question :

                          Quel est le jugement de la photographie avec un téléphone mobile ? Car je prends en photo mon fils sans aucune nécessité, dois je donc effacer ces photos de mon téléphone et de mon ordinateur ?

                          Réponse :

                          Concernant la question des représentations (d'êtres doués d'une âme), ce qui est apparent des preuves de la Sounna, c'est que toutes les représentations par un quelconque moyen, que ce soit les dernières innovations de notre époque (comme les appareils photos) ou autres, sont interdites et ne fait exception à cela que les cas de besoin et nécessité. Donc ce qui ne rentre pas dans le besoin ni la nécessité est interdit et fait partie des grands pêchés, c'était également l'avis de cheikh 'Abd al-'Aziz Ibn Baz - رحمه الله - que l'interdiction englobe tous les moyens de représentations, malgré le fait que certains savants contemporains voient une différence entre prendre une photo et sculpter (un être doté d'une âme) mais les ahâdith restent généraux jusqu'à ce qu'une preuve des textes authentiques les restreigne et ce n'est pas le cas ici.

                          Pour résumé, celui qui représente (un être doté d'une âme) par n'importe quel moyen sans y être poussé par une nécessité, est certainement tombé dans l'interdit, qu'il fasse donc miséricorde à sa propre âme car la menace est sévère. Le prophète - صلى الله عليه و سلم - a maudit ceux qui s'adonnent aux représentations et il a dit : "Celui qui fait une représentation sera chargé de lui insuffler une âme et il en sera incapable". C'est donc un grand pêché parmi les grands pêchés et ce, même si la majorité des gens le prennent à la légère.

                          Autrement, pour les cas de nécessité ou de besoin pressant alors (la règle) : en cas de nécessité, l'interdit est permis.

                          السؤال : ما حكم التصوير بالجوال؟ فأنا أقوم بتصوير ابني بدون ضرورة و هل علي مسح صوره من الجوال أو الكمبيوتر؟

                          الجواب : " قضية التصوير ظاهر الأدلة من السنٌة أن جميع التصوير بالوسائل المختلفة سواءً الحادثة في هذا الزمن أو غيره أنه حرام و لا يستثنى منه إلا ما دعت إليه الحاجة أو الضرورة فما كان بدون حاجة و لا تلجأ إليه ضرورة فاالأصل التحريم و هو من الكبائر و على هذا مشى الشيخ عبد العزيز ابن باز ـ رحمه الله ـ يرى بأن التحريم عام بأي وسيلة من الوسائل كان التصوير مع أن بعض العلماء المعاصرين فرق بين إشتقاق الصورة و بين نحتها و الأحاديث تبقى على عمومها حتى يأتي ما يخصص من النصوص الصحيحة و لا مخصص

                          فالخلاصة الذي يصور بأي وسيلة من الوسائل بدون ضرورة تلجأه إلى ذلك فقد وقع في المحظور فعليه أن يرحم نفسه فالوعيد شديد لعن النبي صلى الله عليه و سلم المصورين
                          و قال : "من صور صورة كلف أن ينفخ فيها الروح و ليس بنافخ" فهي كبيرة من كبائر الذنوب و إن تساهل فيها معظم الناس فما كان لضرورة و حاجة ملٌحة فعند الضرورة يباح المحظور. " اهـ

                          ملٌحة فعند الضرورة يباح المحظور. " اهـ

                          Commentaire


                          • #15
                            L'interdiction est générale pour toutes les représentations, même celles qui n'ont pas d'ombre

                            L'Imâm an-Nawawi رحمه الله a dit :

                            « Nos compagnons et d'autres savants ont dit : faire des images d'animaux est interdit, d'une interdiction stricte, et fait partie des péchés majeurs. Car il a été mis en garde contre cela avec le sévère avertissement présent dans les ahâdîth ; leur confection est donc interdite dans tous les cas. Car cela renferme une imitation d'Allah dans Sa création, que ce soit ce qui est sur les vêtements, les tapis, le dirham, le dinar et la monnaie, des récipients ou autre.

                            Quant au dessin d'un arbre ou d'une selle de chameau ou une autre chose qui ne contient pas d'image d'animal, ce n'est pas interdit.

                            Il n'y a aucune différence concernant toutes ces choses entre ce qui a une ombre et ce qui n'en a pas. Voilà le résumé de notre madhhab dans cette question, et son sens a été dit par la majorité des savants des Compagnons, des Tâbi'în et de ceux après eux. C'est [aussi] le madhhab d'ath-Thawri, Mâlik, Abû Hanîfah et d'autres.

                            Certains des Prédécesseurs (as-Salaf) ont dit : « Ce qui est interdit c'est juste ce qui a une ombre, et il n'y a pas de problème avec les représentations qui n'ont pas d'ombre. » C'est un madhhab faux, en raison du rideau qui avait une image que le prophète a blâmé, personne ne doute que c'est [un avis] déconsidéré, et son image [à ce rideau] ne possédait pas d'ombre, ainsi qu'en raison du reste des ahâdîth qui sont généraux à toutes les représentations. Az-Zuhri a dit : L'interdiction au sujet des représentations est [fondée] sur la généralité. »

                            [Charh Muslim (14/81)]

                            Source : Cheikh ‘Abd al-Khâliq al-‘Imâd, التَّحذير من فتنة التَّصوير (disponible ici) ; www.aloloomenglish.info
                            « Le signe des gens de la Sunnah est qu'ils suivent les Salaf as-Sâlih et délaissent tout ce qui est innové et nouvellement introduit dans la religion. » – Imâm el Asbahâniy [m. 535 H]

                            Commentaire

                            Chargement...
                            X