Annonce

Réduire
Aucune annonce.

L'histoire de Yûnus عليه السلام (Jonas) | Shaykh 'Abd Ar-Rahmân ibn Nâsir As-Sa'dî

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • L'histoire de Yûnus عليه السلام (Jonas) | Shaykh 'Abd Ar-Rahmân ibn Nâsir As-Sa'dî

    L'histoire de Yûnus عليه السلام (Jonas)

    Shaykh cAbd Ar-Rahmân ibn Nâsir As-Sac

    Il fait partie des plus illustres prophètes issus des enfants d’Isrâ’îl, Allah l’envoya au peuple de Nînawâ[1] dans la région de Mawsil. Il appela les gens à [adorer] Allah mais ceux-ci refusèrent, il réitéra son prêche à maintes reprises, sans succès. Il leur promit donc le châtiment [d’Allah], et les quitta. Il ne patienta pas comme il le convient et demeura irrité contre eux.

    Cependant, lorsque leur prophète partit, il fût mit dans leurs cœurs le repentir et le retour à Allah, après qu’ils furent témoins des prémices du châtiment, qu’Allah leur épargna finalement.

    Ce qui apparait, c’est que Yûnus eut connaissance de la levée du châtiment mais persista dans le dessein de les quitter, c’est pour cette raison qu’Allah dit :

    « Et Dhun-Nûn (Yûnus) lorsqu’il partit irrité. » [Al-Anbiyâ’ : 87]

    Et Allah dit également : « Quand il s’enfuit vers le bateau surchargé[2]. » [As-Saffât : 140]

    Il monta donc à bord du bateau qui était surchargé de voyageurs et de marchandises, mais lorsque le bateau prit le large et fût à mi-chemin du voyage, il était sur le point de faire naufrage [à cause de la lourde charge transportée], et les passagers se retrouvèrent face à un dilemme :

    1) Soit tout le monde reste sur le bateau et périt.

    2) Soit une partie des passagers est jetée par-dessus bord afin d'alléger le bateau pour que l'autre partie survive.

    Évidemment, ils choisirent la deuxième option par souci d’équité et pour la conciliation qu’il y a dans celle-ci.

    Ils tirèrent donc au sort pour savoir qui serait jeté à la mer, et Yûnus faisait partie de ceux désignés.

    C’est pour cette raison qu’Allah dit : « Il participa et fût du nombre des jetés. » [As-Saffât : 141]

    C’est-à-dire : Parmi les perdants au tirage au sort, ils le jetèrent donc à la mer et il fût avalé par une baleine qui ne lui brisa aucun os, ni ne mâcha ne serait-ce qu’un morceau de chair.

    Alors qu’il se trouvait plongé dans les ténèbres du ventre de la baleine, il se mit à appeler : « Point de divinité digne d’être adorée en dehors de Toi ! Pureté à Toi ! Je faisais certes partie du nombre des injustes. » [Al-Anbiyâ’ : 87]

    Allah ordonna donc à la baleine de le recracher sur la côte, il sortit donc à l’exemple d’un poussin qui sort de sa coquille, dans un état de faiblesse extrême, Allah fût donc doux envers lui et fit pousser un plant de citrouilles afin qu’il soit à l’ombre et reprenne des forces.

    Puis Allah lui ordonna de retourner auprès de son peuple afin de leur enseigner et de propager son prêche.

    Plus de cent mille personnes de son peuple répondirent à son appel, crurent en lui, et furent comblés de bienfaits un certain temps.
    Il y a dans cette histoire un doux reproche adressé à Yûnus, Allah l’enferma dans le ventre de la baleine afin que cela soit une expiation et un signe sublime et un prodige pour Yûnus. Parmi les bienfaits qu’Allah lui octroya : le nombre important de gens de son peuple qui répondirent à son appel car le nombre important d’adeptes des prophètes fait partie de l’ensemble de leurs mérites.

    Parmi les leçons que l’on tire de cette histoire :
    • Tirer au sort quand on hésite quant à celui à qui donner un droit ou qui priver de ce droit, et il y a dans l’acte des gens du bateau une preuve de la règle connue : « choisir le moins grave de deux maux pour repousser ce qui est plus grave. » Nul doute que jeter par-dessus bord un groupe de voyageurs est un préjudice mais ne jeter personne et que tout le monde périsse est encore pire.
    • Si le serviteur a eu des antécédents particuliers avec son seigneur et qu’il connut son seigneur en situation d’aisance, Allah le remerciera pour cela et l’aidera en situation de difficulté en lui levant cette difficulté ou en lui allégeant celle-ci. C’est pour cette raison qu’Allah dit dans l’histoire de Yûnus : « S’il n’avait pas été parmi ceux qui glorifient Allah, il serait demeuré dans son ventre jusqu’au jour où l’on sera ressuscité. » [As-Sâffât : 143-144]
    • Le prophète [Muhammad صلى الله عليه وسلم] dit : "Quant à l’invocation de mon frère Dhun-Nûn (c’est-à-dire Yûnus), aucune personne affligée n’a invoqué par celle-ci sans qu’Allah ne dissipe ses problèmes : « Point de divinité digne d’être adorée en dehors de Toi ! Pureté à Toi ! Je faisais certes partie du nombre des injustes. »" [Al-Anbiyâ’ : 87]
    • La foi sauve des affres et des difficultés, comme a dit Allah : « Et c’est ainsi que Nous sauvons les croyants. » [Al-Anbiyâ’ : 88] c’est-à-dire qu’ils sont sauvés des affres et des difficultés grâce à leur foi.


    [1] Ninive en français, à l’est de Moussoul en Irak. [Voir : Tâj Al-cArûs vol. 36 p. 235] De nos jours, Ninive est aussi le nom de la province dont le chef-lieu est la ville de Moussoul. [NdT]
    [2] Ibn Kathîr rapporte dans son exégèse la parole d’Ibn cAbbâs : « rempli de marchandises. » rapporté également par At-Tabarî par une chaîne de transmission authentique. [NdT]

    source : تيسير اللطيف المنان
    :قال الشيخ العلامة حافظ بن أحمد الحكمي

    والنيةَ اجعل لوجه الله خالصةً *** إن البناء بدون الأصل لم يَقُمِ

    ومن يكن ليقول الناس يطْلُبُهُ *** أخسِرْ بصفقته في موقف النَّدَمِ

    [المنظومة الميمية]
Chargement...
X