Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Paroles de savants: doit-on s'imposer de suive un madhhab ?

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Paroles de savants: doit-on s'imposer de suive un madhhab ?



    Ce sujet est ouvert exclusivement autour des paroles de savants de la sounnah en réponse à qui prétend qu'il est indispensable, voire obligatoire, de faire du taqlîd d'un madhhab particulier ou de s'y affilier.

    http://www.dammaj-fr.com/faut-il-suivre-un-madhhab-particulier-ch-yahya/

    http://www.dammaj-fr.com/ensemble-de...d-en-religion/
    a suivre



  • #2
    Sheikh al ‘Outheimîne :

    La troisième et dernière question :

    Est-ce que les gens de la masse ne connaissant pas les madhhabs doivent impérativement en suivre un ?

    La réponse :

    Le dire correct est que personne n’est contraint de devoir suivre un madhhab en dépit d’un autre, hormis un seul, le madhhab du messager d’Allah. Ils sont des humains, qui sont amenés à voir juste ou à se tromper. Nous ne voyons d’obligation pour personne de devoir suivre sa (l’imâm) parole dans l’absolu. Mais plutôt nous disons que celui dont l'avis nous parait correct, il est obligatoire de le suivre. Du simple fait que sa parole soit vraie et non du fait qu’il s’agisse d’untel ou untel. C’est ce que nous voyons sur le sujet..

    سلسلة فتاوى نور على الدرب > الشريط رقم [56]

    Commentaire


    • #3
      http://aloloom-fr.com/forum/forums/c...=suivre+madhab

      Commentaire


      • #4
        Sheikh al Islâm


        Il fut interrogé :

        Que disent les meneurs, les savants, imâms de la religion- qu’Allah les agrée tous - d’un homme qui serait questionné « quel est ton madhhab ? » et qui dirait « je suis mohammedy ! Je suis le Livre d’Allah et la sounnah de Son messager Il lui serait dit « Non ! Chaque mouslim doit suivre un madhhab et que celui qui n’a pas de madhhab c’est un shaytâne ! » Alors cet homme répondrait « Quel était le madhhab d’Abou Bakr et des kalifes d’après lui ? » Il lui serait alors dit : « Tu dois suivre un madhhab parmi ces madhâhib ? » Qui des deux aurait raison ? Donnez nous l’avis juridique qu’Allah, soyez en récompensés.

        Il répondit :

        Louange à Allah :
        L’obligation sur les gens n’est que d’obéir à Allah et Son messager, et ces détenteurs du pouvoir auxquels Allah a rendu l'obéissance obligatoire.

        أَطِيعُوا اللَّهَ وَأَطِيعُوا الرَّسُولَ وَأُولِي الْأَمْرِ مِنْكُمْ
        Obéissez à Allah et au messager ainsi qu’aux détenteurs du pouvoir parmi vous.

        Et leur obéissance n’est qu’en suivi de l’obéissance à Allah et à Son messager et non en parallèle.

        فَإِنْ تَنَازَعْتُمْ فِي شَيْءٍ فَرُدُّوهُ إلَى اللَّهِ وَالرَّسُولِ إنْ كُنْتُمْ تُؤْمِنُونَ بِاللَّهِ وَالْيَوْمِ الْآخِرِ ذَلِكَ خَيْرٌ وَأَحْسَنُ تَأْوِيلًا
        Et si vous divergez en quoi que ce soit alors renvoyez-le à Allah et au messager, si vous croyez en Allah et au Jour dernier. Cela est mieux et de meilleur aboutissement.

        Et si le mouslim venait à vivre une épreuve, il se doit de questionner celui dont il a pour croyance que sa réponse se base sur la législation d’Allah et de Son messager , quel que soit son madhhab. Nulle obligation pour le mouslim de suivre aveuglément un individu particulier d'entre les savants dans tout ce qu’il dit. Nulle obligation pour le mouslim de ne s’en tenir qu’aux directives et informations d’une personne en particulier autre que le messager . Et même, le dire de chacun peut être à prendre ou à rejeter hormis celui du messager d’Allah . Quant au fait qu’une personne suive un madhhab d’un homme en soi, cela dû à son incapacité à connaitre la législation si ce n’est par son biais, cela lui est juste permis à lui, sans pour autant en être une obligation pour chacun, (c-à-d.) s’il est en mesure de connaitre la législation par autre que ce moyen. Il revient plutôt à chacun de craindre Allah autant qu’il peut et de rechercher la science ordonnée par Allah et Son messager. Qu’il accomplisse les obligations et qu’il délaisse les interdits. Et Allah est plus savant.
        {مجموع الفتاوى} [1/ 207


        Commentaire


        • #5
          Sheikh al ‘Outheimîne

          Il fut interrogé :

          Est-il ou non obligatoire de suivre un madhhab ?

          Il répondit :

          Oui, il est obligatoire de suivre un madhhab en particulier, de façon indiscutable. Cependant, ce madhhab particulier dont l’imitation est exigée c’est le madhhab du Messager d’Allah. Car il est ordonné de suivre la direction prise par le messager d’Allah. Par qui s’obtient le bonheur en ce bas monde et dans l’au-delà. Allah a dit :


          قُلْ إِنْ كُنْتُمْ تُحِبُّونَ اللَّهَ فَاتَّبِعُونِي يُحْبِبْكُمُ اللَّهُ وَيَغْفِرْ لَكُمْ ذُنُوبَكُمْ
          آل عمران:31


          Dis : si vous aimez Allah alors suivez moi Allah vous aimera et vous pardonnera vos péchés.

          Et Allah dit :

          وَأَطِيعُوا اللَّهَ وَالرَّسُولَ لَعَلَّكُمْ تُرْحَمُونَ
          آل عمران:132


          Obéissez à Allah et au messager afin qu’il vous soit fait miséricorde.

          Tel est le madhhad dont le suivi est obligatoire avec unanimité des gens de science. Quant au suivi d’un autre madhhab, sans s’apercevoir que la preuve est à son opposé, c'est alors une perte. Quant à son suivi en sachant que la preuve est à son opposé alors c'est interdit.

          De même que sheikh al Islâm a dit : « Celui qui dit qu’il est obligatoire de suivre une personne dans tout ce qu’il dit, on doit lui demander de s’en repentir ou bien on l’exécute. Car cela implique une obéissance à autre que le messager d’Allah. » Il a dit vrai car personne n’est en droit que sa parole soit acceptée dans l’absolu hormis le messager d’Allah, vu qu’il nous est obligatoire de prendre sa parole. Le messager a dit : « Suivez ceux d’après moi : Abou Bakr et ‘Omar [1]» Et il a dit : « Et s’ils obéissent à Abou Bakr et ‘Omar ils seront sur une voie droite[2]… »
          (Ntd : Je n’ai pas retrouvé les hadîths aux sources indiquées)
          من كتاب العلم


          [1] Rapporté par at Tirmidhy et ibn Mâjah.
          [2] Mouslim

          Commentaire


          • #6
            Sheikh Ibn Bâz

            Question : Il est apparu un phénomène chez les jeunes : ils disent « nous ne suivons rien des quatre madhhabs. Mais nous faisons des ijtihâds tout comme eux l’ont fait, et nous œuvrons tel qu’ils ont œuvré et nous ne revenons pas à leurs ijtihâd ». Quel est votre avis sur cela et quel est votre conseil ?

            Il répondit :

            Cette parole peut être reprochable à certaines personnes. Bien qu’en réalité son sens est correct pour qui y médite. Nulle obligation à quiconque d’imiter qui que ce soit. Et celui qui dit qu’il est obligatoire d’imiter les quatre imams s’est certes trompé. Car il n’est pas obligatoire de les suivre aveuglément. Toutefois on s’aide de leurs paroles et de celles d’autrui parmi les imams de la science.

            On regarde dans leurs livres رحمهم الله, ce qu’ils citent comme preuve. Celui - à qui le tawfîq a été accordé - qui recherche la science profite de cela. Quant au novice, il n’est pas de ceux à qui il revient de faire des ijtihads. Il ne lui revient que de demander aux gens du fiqh et de s’instruire dans la religion et d'œuvrer en mesure de leurs instructions, et de ce que les savants en ont reconnu afin qu’il tire profit de ces choses et qu’il puisse être en mesure de trancher lors les divergences entre les gens. Et en ce qui concerne l’unanimité des savants, il s’agit là alors d’une chose claire. Personne ne doit s’y opposer. Il ne revient qu’aux gens de science d’analyser les divergences entre savants.

            Ce qui est obligatoire, c’est de renvoyer les sujets de désaccord à Allah et à Son messager comme Allah l’a dit :

            فَإِنْ تَنَازَعْتُمْ فِي شَيْءٍ فَرُدُّوهُ إِلَى اللَّهِ وَالرَّسُولِ إِنْ كُنْتُمْ تُؤْمِنُونَ بِاللَّهِ وَالْيَوْمِ الْآخِر

            Et si vous divergez en quoi que ce soit alors renvoyez le à Allah et au messager si vous croyez en Allah et au jour dernier.
            (les femmes v59)

            Et Allah dit :

            وَمَا اخْتَلَفْتُمْ فِيهِ مِنْ شَيْءٍ فَحُكْمُهُ إِلَى اللَّهِ

            Et ce en quoi vous divergez alors son jugement revient à Allah. (La consultation v 10)

            Quant au fait qu’il veuille faire un ijtihâd alors qu’il n’est pas apte, c'est une grande erreur. Toutefois, qu’il s’arme d’une grande motivation dans la recherche de la science, qu’ils y dépensent des efforts, qu’ils y voient clair en suivant la voie des gens de science.
            Telles sont les voies scientifiques dans l’étude du hadîth et des fondements, du fiqh et de ses fondements, dans la langue arabe et ses règles, dans la connaissance de la biographie prophétique et l’histoire islamique.

            Il se sert de ces choses pour trouver l’avis le plus juste lors des divergences, en invoquant la miséricorde pour les gens de science. En cheminant sur leur bon manhaj. En s’aidant de leurs paroles et de leurs bons ouvrages et dans ce qu’ils ont éclaircit comme preuves et arguments appuyant leurs avis et ce qu’ils ont rejeté. C’est de la sorte que l’étudiant en science reçoit le tawfîq s’il est sincère pour Allah, qu’il déploie ses efforts dans la recherche de la vérité sans orgueil. Et c’est d’Allah l’exalté que dépend le tawfîq.

            binbaz.org.sa/node/191

            Commentaire


            • #7
              Sheikh Moqbil

              Parmi ses très nombreuses paroles sur le sujet :

              Je dis, le fait de conditionner le suivi d’un madhhab parmi les madhahib est considéré comme une bid’ah qui s’est produite après les siècles de vertu.
              (فضائح و نصائح207).

              Il a dit :

              Les quatre imams sont innocents de leur imitation. L’imam Abou Hanîfah a dit : « ô vous les gens. Je suis un être humain. Nous pouvons dire une parole aujourd’hui et revenir dessus demain. Alors puisez d’où nous avons puisé. » L’imam Mâlik dit : « La parole de tous est à prendre ou à laisser hormis celle du messager d’Allah . L’imam ash shâfi’y dit : « Si ce le hadîth est authentique alors c’est mon madhhab (c’est que je suis) ». L’imam Ahmed a dit « Ne m’imite pas, n’imite pas Mâlik, n’imite pas al Awzâ’y, mais puise d’où nous avons puisé ».
              Si tu lis l’histoire dans ‘al bidâiyah wa an nihâiyah’ tu trouveras des choses qui te choqueront comme troubles qui se sont produits dans les mosquées et comme discordes. Ca pouvait en arriver à ce qu’un homme quitte son propre pays à cause des fitnahs des madhahib et de leur fanatisme. Abou ‘Abdillah al Bouchanjy en est arrivé à dire:

              Parmi les branches de la foi il y a l’amour pour ibn shâfi’

              L’amour pour lui est une obligation sure et non surérogatoire.

              Je suis shâfi’y tant que je vivrai et si je meurs.


              Donc ma recommandation pour les gens est qu’ils se shafi’isent.

              Compare donc entre sa recommandation et celle du messager d’Allah comme dans le long hadîth de jâbir « Je vous laisse ce à quoi vous accrocher ; le Livre d’Allah » (mouslim 1218).

              Egalement l’exhortation d’Allah
              وَلَقَدْ وَصَّيْنَا الَّذِينَ أُوتُوا الْكِتَابَ مِنْ قَبْلِكُمْ وَإِيَّاكُمْ أَنِ اتَّقُوا اللَّهَ
              Nous avons certes enjoint à ceux qui ont reçu le Livre d’avant ainsi qu’à vous-mêmes « craignez Allah »
              (les femmes 131).

              Al Bouchanjy savant de mérite Mohammed Ibn Ibrâhîm incite ses adeptes à se shafi’iser. Ensuite est venu d’après lui le hanbali ‘Abdoullah Ibn Mohammed Abou Ismâ’îl al Harouy en disant :

              Je suis hanbaly tant que je vivrai et si je meurs.

              Donc ma recommandation pour les gens est qu’ils se hanbalisent.


              Ensuite, après eux le hanafi dit :

              Autant de malédictions de Notre Seigneur que de grains de sable sur celui qui rejette la parole d’Abou Hanîfah.

              Ensuite vient le maliki de l’autre côté débarque en disant : Si ce n’était pas grâce à Mâlik, la religion aurait péri.

              Et Allah dit :
              إِنَّا نَحْنُ نَزَّلْنَا الذِّكْرَ وَإِنَّا لَهُ لَحَافِظُونَ
              Certes c’est Nous qui avons descendre le Rappelle et c’est Nous qui en sommes Gardiens
              (al hijr v9)

              Ensuite nous vient ce hanafi qui est Ma-moûn Ibn Ahmed, jugeant ces vers et ces slogans comme insuffisants, qu’il doit inventer un hadîth comme cela fut citer dans ‘’la mîzân’’ et autre. Il dit : Untel nous a rapporté, selon ‘Ikrimah, selon Ibn ‘Abbâs que le prophète a dit : « Il viendra un homme plus nuisible pour les gens que Iblîs, il s’appelle Mohammed Ibn Idrîs (cad ash Shâfi’y) . Abou Hanifah est la lanterne de ma communauté ! Abou Hanîfah est la lanterne de ma communauté ! Abou Hanîfah est la lanterne de ma communauté ! »… (فضائح و نصائح 208-210).

              Il a dit :

              L’affiliation à un madhhab ne fait pas partie de l’islâm. Et même que l’imâm Ibn ‘AbdilBarr dit : Les gens de science sont unanimes que l’imitateur n’est pas compté comme faisant partie des gens de science… (مقتل جميل الرحمن 7).

              Il fut questionné :

              AbdulKarîm Zaydân dit que la subdivision en mouvements politiques est comme la subdivision en madhahib de fiqh. Quel est votre avis sur ce raisonnement analogique (qiyâs) tout en sachant que ces différents mouvements politiques contiennent beaucoup de partis mécréants ?

              Il répondit :

              Je dis : Qu’Allah t’enlaidisse ô AbdelKarîm Zaydân. Mettrais tu les laïcs au même rang que ash Shâfi’y ? Mettrais tu les communistes au même rang que Ahmed Ibn Hanbal ? Mettrais les baasistes au même rang que Mâlik Ibn Anas ? Vois-tu le soûfy innovateur comme Sofiâne ath Thawry ? Le chiite innovateur comme Ishâq ibn Râhaweyh. Après cela nous disons: stabilise d’abord ton trône et ensuite fais ta gravure !(trd???)

              Nous ne reconnaissons pas ces madhâhib. Qui de nous t’a dit que celui là doit être shâfi’y, celui là hanbaly et celui là mâliki. Le Seigneur de la puissance nous a ordonné de n’être qu’une seule et unique communauté. Lisez les faits historiques afin que vous vous aperceviez des meurtres, des combats, tantôt entre le hanbali et le hanafi, et tantôt entre le hanafi et le shâfi’y et tantôt entre le hanbali et le mâliki, et le sounny contre le chi’y (chiite). Allah n’a descendu aucune preuve de ces madhâhib. Et je défie quiconque d’apporter une preuve du Livre d’Allah ou de la sounnah du messager d’Allah qu’Allah a ordonné a nous frères de Hadramawt d’être des shâfi’y (car c’est le madhhab répandu dans la région), qu’il nous a ordonnés d’être chî’ah (chiite), qu’il nous ait ordonné de suivre Abou Hanîfah, que nous soyons hanafy. Que nous soyons hanbaly. Allah dit :
              وَمَنْ أَحْسَنُ قَوْلًا مِمَّنْ دَعَا إِلَى اللَّهِ وَعَمِلَ صَالِحًا وَقَالَ إِنَّنِي مِنَ الْمُسْلِمِينَ
              Qui donc profère de meilleures paroles que celui qui appelle à l’islam et œuvre pieusement et dit « je suis du nombre des mouslims (soumis) »
              (Les détaillées v33)

              Lorsque le prophète entendit une dispute entre un ansâry (auxiliaire) et un mouhâjir (émigré), le mouhâjir s’écria : A moi les mouhâjirîn ! Et l’ansâry s’écria ; A moi les ansâr ! Le prophète dit : « Un appel de l’époque préislamique alors que je suis en votre sein ? Délaissez le (cet appel) car il est répugnant)… » Est-ce que ces imams nous ont appelé à leur suivi aveugle bien chacun d’entre a l’a interdit ? Ils l’ont bien interdit comme cela est stipulé dans les livres. Voire plus, chacun d’entre eux dit qu’il peut voir juste comme il peut se tromper. L’imam Ahmed dit : Ne m’imite pas, n’imite pas Mâlik et n’imite pas al Awzâ’y mais puise d’où nous avons puisé. Ash Shâfi’y dit que si le hadîth est authentique alors je le suis. Et Mâlik dit que la parole de tous est à prendre ou rejeter hormis celle du résident de cette tombe, c'est-à-dire le messager d’Allah . La fondation est fausse tout comme ce qui est bâti dessus… (تحفة المجيب 327-329)

              Commentaire


              • #8
                L'imâm Ibn Qayim a dit

                Est-il obligatoire au 'ammy d'adhérer à l'un des quatre madhhab ou autre? Un des deux avis est que cela ne lui est pas obligatoire et c'est l'avis authentique et tranchant car ne lui est obligatoire que ce qu'Allâh et Son Messager lui ont imposé. Et Allâh et Son Messager n'ont rendu obligatoire à personne d'adhérer au madhhab d'un homme de la communauté; de le suivre aveuglément dans sa religion en dehors de quiconque. Les (trois) siècles de vertu se sont finis en étant innocents de ce fait…

                Puis il dit plus loin :

                Et il ne revient à personne d'imposer de suivre le madhhab d'un homme de cette communauté le suivant dans tout ce qu'il dit et n'écoutant que lui. C'est une immonde innovation qui est apparue dans la communauté sans qu'aucun imâm de l'islâm n'y ait appelé alors qu'ils sont plus savants d'Allâh et de Son Messager et plus hauts et nobles que d'imposer cela aux gens. Et plus grave est que quelqu'un dise : qu'il lui (au 'ammy) est impératif d'adhérer au madhhab d'un des savants! Et pire encore, que quelqu'un dise : Qu'il ne doit adhérer qu'à l'un des quatre madhahib.
                Ô par Allâh quelle chose surprenante ! Est-ce que les madhâhib des compagnons du messager d'Allâh, des tâbi'în et de ceux d'après sont morts au point de ne se limiter qu'à ces quatre-là d'entre tous les autres imâms de l'islam et des fouqaha? Est-ce qu'un seul imam a dit cela ou y a appelé ou une seule de leurs paroles prouverait cela? Ce qu'Allâh et Son Messager ont rendu obligatoire aux compagnons, aux tâbi'in ainsi qu'à ceux d'après sont les mêmes obligations que pour tous ceux d'après eux jusqu'au jour de la résurrection, l'obligation ni ne diffère ni ne change….
                إعلام الموقعين ج4 ص201


                Commentaire


                • #9
                  J'ajoute ici un kalâm de Sheikh Abou Bilâl al Hadramy حفظه الله sur le même sujet. Ses paroles sont les mêmes que les précédentes approximativement. Il y cite également tout le mal qui en a découlé au sein de la oummah comme division. Et il souligna le fait que ces imams n'ont jamais appelé à ce que les gens s'apparentent à eux. Que nous les aimons et respectons et qu'il n'y a pas besoin de s'apparenter à eux pour montrer notre amour envers eux, mais en suivant la religion comme il se doit, car c'est à cela qu'ils appelaient.
                  Audio
                  Désolé je ne peux traduire l'audio faute de temps.

                  Commentaire


                  • #10
                    Ce sujet est à la base spécifique aux paroles de savants mais j'ajoute cela en guise de conseil, étant lié au sujet

                    http://dammaj-fr.com/bref-conseil-le...oie-des-salaf/
                    Extrait du cours sur Ousoûl min ‘ilm al ousoûl, en guise de bref conseil. Par Abou Taymiyah Khalîl al Martinîky وفقه الله وسدده.

                    Commentaire


                    • #11
                      https://www.sh-yahia.net//Tips/062.mp3
                      Audio de Cheikh Yahyâ al Hajoûri
                      au sujet du ta'assub et du taqlîd présents chez les fanatiques des madhâhib. Que cela est parmi les caractéristiques des gens de la jâhiliyah. Et qu'aucun des quatre imams eux même ne faisaient parti d'un madhhab, ni n'y ont appelé ni n'étaient des mouqalidîn.

                      Commentaire


                      • #12
                        Envoyé par Abou Taymiyah Khalil al Martiniky Voir le message
                        L'imâm Ibn Qayim a dit


                        Est-il obligatoire au 'ammy d'adhérer à l'un des quatre madhhab ou autre? Un des deux avis est que cela ne lui est pas obligatoire et c'est l'avis authentique et tranchant car ne lui est obligatoire que ce qu'Allâh et Son Messager lui ont imposé. Et Allâh et Son Messager n'ont rendu obligatoire à personne d'adhérer au madhhab d'un homme de la communauté; de le suivre aveuglément dans sa religion en dehors de quiconque. Les (trois) siècles de vertu se sont finis en étant innocents de ce fait…

                        Puis il dit plus loin :

                        Et il ne revient à personne d'imposer de suivre le madhhab d'un homme de cette communauté le suivant dans tout ce qu'il dit et n'écoutant que lui. C'est une immonde innovation qui est apparue dans la communauté sans qu'aucun imâm de l'islâm n'y ait appelé alors qu'ils sont plus savants d'Allâh et de Son Messager et plus hauts et nobles que d'imposer cela aux gens. Et plus grave est que quelqu'un dise : qu'il lui (au 'ammy) est impératif d'adhérer au madhhab d'un des savants! Et pire encore, que quelqu'un dise : Qu'il ne doit adhérer qu'à l'un des quatre madhahib.
                        Ô par Allâh quelle chose surprenante ! Est-ce que les madhâhib des compagnons du messager d'Allâh, des tâbi'în et de ceux d'après sont morts au point de ne se limiter qu'à ces quatre-là d'entre tous les autres imâms de l'islam et des fouqaha? Est-ce qu'un seul imam a dit cela ou y a appelé ou une seule de leurs paroles prouverait cela? Ce qu'Allâh et Son Messager ont rendu obligatoire aux compagnons, aux tâbi'in ainsi qu'à ceux d'après sont les mêmes obligations que pour tous ceux d'après eux jusqu'au jour de la résurrection, l'obligation ni ne diffère ni ne change….
                        إعلام الموقعين ج4 ص201

                        Voici le paragraphe entier contenant la parole d'ibn al Qayim رحمه الله en raison de l'importance des autres détails qu'il contient.
                        Le 'ammi doit-il suivre un madhhab ?

                        Est-il obligatoire ou non au 'ammi (personne du commun) de suivre un des madhhabs (école juridique) connus ?

                        Il y a deux avis sur cela :

                        Premier avis :
                        Cela ne lui est pas imposé, et tel est l'avis juste et décisif. Car il n'y a aucune obligation en dehors de ce qu'Allâh et Son Messager (صلى الله عليه وسلم) ont rendu obligatoire, et Allâh et Son messager (صلى الله عليه وسلم) n'ont imposé à personne de devoir se ranger dans le madhhab d'un des imams puis de l'imiter dans sa religion à l'exclusion de tout autre que lui. Les trois premiers siècles de vertu et les gens de ces siècles (les salafs : les sahabahs, les tâbi'in et les suiveurs des tâbi'in) passèrent tout en étant exempts de cette affiliation. Tout comme il ne revient pas au 'ammi d'avoir un madhhab même s'il s'y apparente.

                        Le 'ammi n'a aucun madhhab car cela ne revient qu'à celui qui est doté d'une certaine vision et qui a la faculté de déduire à partir des preuves, et il faut connaître suffisamment bien le madhhab. Ou c'est pour celui qui a lu un livre sur les branches de ce madhhab et qui a connaissance des avis juridiques et des paroles de l'imam de ce madhhab.

                        Quant à celui qui est totalement inapte mais se prétend châfi'i, hanbali ou autre, il ne le devient pas pour autant par ses simples dires. À l'instar de quelqu'un qui dirait « je suis un faqîh (jurisconsulte) » ou « je suis un nahwoui (grammairien) » ou bien « je suis un auteur » : le fait de le dire n'en fait pas une réalité.

                        Cela s'éclaircit par le fait que celui qui se dit chafi'i, maliki ou hanafi prétend suivre cet imam et suivre sa voie, et cela ne serait vrai que s'il suivait sa voie dans la science, la connaissance et la déduction des preuves. Mais avec son ignorance et son grand éloignement du parcours, du savoir et de la voie de cet imam, comment admettre qu'il s'affilie à lui si ce n'est par de simples prétentions et des paroles complètement insensées ?

                        Il est inconcevable qu'un 'ammi puisse avoir un quelconque madhhab, et même si on venait à le concevoir, cela ne lui serait pas imposé, ni à autrui. Il n'a jamais été imposé à quiconque de se ranger dans le madhhab d'un des imams de telle sorte qu'il accepte tous ses avis pour laisser ceux des autres. Il s'agit là d'une innovation immonde qui est apparue dans la communauté et à laquelle aucun des imams de l'islam n'a appelé, car ils sont sans aucun doute d'un trop haut niveau, d'une trop grande valeur et sont trop savants d'Allah et de Son Messager pour se permettre d'imposer cela aux gens. Et plus grave encore, celui qui dirait qu'il est obligatoire de suivre le madhhab d'un savant particulier, et pire encore, de ne suivre qu'un madhhab particulier d'entre les quatre madhhabs.

                        Ô Allâh, quelle chose étonnante ! Les madhhabs des compagnons se sont éteints ainsi que ceux des tâbi'în et de leurs suiveurs et de tous les autres imams de l'islam, un grand nombre des madhhabs furent rendus invalides pour ne laisser que quatre d'entre tous les imams et les juristes ?

                        Ce qu'Allâh تعالى et Son Messager ont rendu obligatoire aux compagnons, aux tâbi'in et à leurs suiveurs ne change pas jusqu'au Jour du Jugement. L'obligation ni ne diffère ni ne se remplace, et même si sa façon, sa quantité venait à changer en fonction des aptitudes, des époques et des situations, cela ne se limite tout de même qu'à ce qu'Allâh et Son Messager (صلى الله عليه وسلم) ont rendu obligatoire.

                        Celui qui est d'avis qu'il est permis au 'ammi d'avoir un madhhab en disant : "Il a pour croyance que ce madhhab auquel il s'affilie est la vérité, alors il doit s'en tenir à ce qu'implique cette croyance" -- si cette parole qu'ils disent était vraie alors il lui serait illicite de demander des fatawas aux gens étrangers au madhhab auquel il s'afillie ou de se ranger dans un autre madhhab équivalent à celui de son imam ou meilleur que le sien, entre autres fausses implications qui en résultent.

                        Pire encore, cela implique que s'il voit une parole claire du Prophète (صلى الله عليه وسلم) ou une des paroles des quatre califes à l'opposé de la parole de son imam, il doit alors laisser ce texte ou la parole des sahâbahs pour faire prédominer la parole de celui à qui il s'affilie.

                        Ainsi donc, il lui est permis de demander des avis juridiques à qui il veut d'entre les suiveurs des quatre imams et autres qu'eux. Il ne lui est nullement obligatoire à lui ou au moufti de se restreindre à l'un des quatre imams, et ce selon le consensus de la communauté.

                        قال رحمه الله:" وهل يلزم العامي أن يتمذهب ببعض المذاهب المعروفة أم لا؟ فيه مذهبان: أحدهما: لا يلزمه، وهو الصواب المقطوع به؛ إذ لا واجب إلا ما أوجبه الله ورسوله، ولم يوجب الله ولا رسوله على أحد من الناس أن يتمذهب بمذهب رجل من الأمة فيقلده دينه دون غيره، وقد انطوت القرون الفاضلة مبرأة مبرأ أهلها من هذه النسبة، بل لا يصح للعامي مذهب ولو تمذهب به؛ فالعامي لا مذهب له؛ لأن المذهب إنما يكون لمن له نوع نظر واستدلال، ويكون بصيرا بالمذاهب على حسبه، أو لمن قرأ كتابا في فروع ذلك المذهب وعرف فتاوى إمامه وأقواله، وأما من لم يتأهل لذلك البتة بل قال: أنا شافعي، أو حنبلي، أو غير ذلك؛ لم يصر كذلك بمجرد القول، كما لو قال: أنا فقيه، أو نحوي، أو كاتب، لم يصر كذلك بمجرد قوله.
                        يوضحه أن القائل إنه شافعي أو مالكي أو حنفي يزعم أنه متبع لذلك الإمام، سالك طريقه، وهذا إنما يصح له إذا سلك سبيله في العلم والمعرفة والاستدلال، فأما مع جهله وبعده جدا عن سيرة الإمام وعلمه وطريقه فكيف يصح له الانتساب إليه إلا بالدعوى المجردة والقول الفارغ من كل معنى؟ والعامي لا يتصور أن يصح له مذهب، ولو تصور ذلك لم يلزمه ولا لغيره، ولا يلزم أحدا قط أن يتمذهب بمذهب رجل من الأمة بحيث يأخذ أقواله كلها ويدع أقوال غيره.
                        وهذه بدعة قبيحة حدثت في الأمة، لم يقل بها أحد من أئمة الإسلام، وهم أعلى رتبة وأجل قدرا وأعلم بالله ورسوله من أن يلزموا الناس بذلك، وأبعد منه قول من قال: يلزمه أن يتمذهب بمذهب عالم من العلماء، وأبعد منه قول من قال: يلزمه أن يتمذهب بأحد المذاهب الأربعة.
                        فيا لله العجب، ماتت مذاهب أصحاب رسول الله - صلى الله عليه وسلم - ومذاهب التابعين وتابعيهم وسائر أئمة الإسلام، وبطلت جملة إلا مذاهب أربعة أنفس فقط من بين سائر الأئمة والفقهاء، وهل قال ذلك أحد من الأئمة أو دعا إليه أو دلت عليه لفظة واحدة من كلامه عليه؟ والذي أوجبه الله - تعالى ورسوله على الصحابة والتابعين وتابعيهم هو الذي أوجبه على من بعدهم إلى يوم القيامة، لا يختلف الواجب ولا يتبدل، وإن اختلفت كيفيته أو قدره باختلاف القدرة والعجز والزمان والمكان والحال فذلك أيضا تابع لما أوجبه الله ورسوله، ومن صحح للعامي مذهبا قال: هو قد اعتقد أن هذا المذهب الذي انتسب إليه هو الحق، فعليه الوفاء بموجب اعتقاده، وهذا الذي قاله هؤلاء لو صح للزم منه تحريم استفتاء أهل غير المذهب الذي انتسب إليه، وتحريم تمذهبه بمذهب نظير إمامه أو أرجح منه، أو غير ذلك من اللوازم التي يدل فسادها على فساد ملزوماتها، بل يلزم منه أنه إذا رأى نص رسول الله - صلى الله عليه وسلم - أو قول خلفائه الأربعة مع غير إمامه أن يترك النص وأقوال الصحابة ويقدم عليها قول من انتسب إليه.
                        وعلى هذا فله أن يستفتي من شاء من أتباع الأئمة الأربعة وغيرهم، ولا يجب عليه ولا على المفتي أن يتقيد بأحد من الأئمة الأربعة بإجماع الأمة"

                        ابن القيم، إعلام الموقعين، 4/201-202.

                        Commentaire


                        • #13
                          Quelques paroles de l'imam Mohammed al Amîn ach Chanqîty رحمه الله

                          Elles sont tirées de son fameux et splendide tafsîr أضواء البيان . Il a écrit une longue recherche sur le sujet étalée sur près d'une centaine de pages.
                          Je vais traduire certains passages clés sur le sujet par étape بإذن الله.

                          Il a évoqué la divergence existante entre les savants face au taqlîd en citant certains avis comme celui de la permission absolue (quitte à contredire un texte authentique) et celui de l'interdiction absolue. Puis il conclut en disant qu'il y a le taqlid qui est permis et celui qui est interdit (comme le premier cité).

                          Il dit رحمه الله :

                          Quant au taqlîd qui est permis, auquel presque aucun mouslim ne s'oppose, c'est celui du 'ammi avec un savant parmi les gens de la fatwa au moment où il est touché par un événement (soudain). Cette forme de taqlîd était courante à l'époque du Prophèteصلى الله عليه وسلم , cela ne fait aucune divergence. Le 'ammi interrogeait qui il souhaitait parmi les sahâbahs au sujet du jugement se rapportant à sa situation, ils émettaient une fatwa pour lui qu'il appliquait par la suite.
                          Et s'il était touché par un autre événement, il ne se limitait pas à interroger le même sahâbi qui avait émis pour lui la fatwa. Au contraire il interrogeait celui qu'il voulait parmi eux pour agir par la suite.


                          ﻣﺎ اﻟﺘﻘﻠﻴﺪ اﻟﺠﺎﺋﺰ اﻟﺬﻱ ﻻ ﻳﻜﺎﺩ ﻳﺨﺎﻟﻒ ﻓﻴﻪ ﺃﺣﺪ ﻣﻦ اﻟﻤﺴﻠﻤﻴﻦ، ﻓﻬﻮ ﺗﻘﻠﻴﺪ اﻟﻌﺎﻣﻲ ﻋﺎﻟﻤﺎ ﺃﻫﻼ ﻟﻠﻔﺘﻴﺎ ﻓﻲ ﻧﺎﺯﻟﺔ ﻧﺰﻟﺖ ﺑﻪ، ﻭﻫﺬا اﻟﻨﻮﻉ ﻣﻦ اﻟﺘﻘﻠﻴﺪ ﻛﺎﻥ ﺷﺎﺋﻌﺎ ﻓﻲ ﺯﻣﻦ اﻟﻨﺒﻲ - ﺻﻠﻰ اﻟﻠﻪ ﻋﻠﻴﻪ ﻭﺳﻠﻢ - ﻭﻻ ﺧﻼﻑ ﻓﻴﻪ.
                          ﻓﻘﺪ ﻛﺎﻥ اﻟﻌﺎﻣﻲ ﻳﺴﺄﻝ ﻣﻦ ﺷﺎء ﻣﻦ ﺃﺻﺤﺎﺏ ﺭﺳﻮﻝ اﻟﻠﻪ - ﺻﻠﻰ اﻟﻠﻪ ﻋﻠﻴﻪ ﻭﺳﻠﻢ - ﻋﻦ ﺣﻜﻢ اﻟﻨﺎﺯﻟﺔ ﺗﻨﺰﻝ ﺑﻪ، ﻓﻴﻔﺘﻴﻪ ﻓﻴﻌﻤﻞ ﺑﻔﺘﻴﺎﻩ.
                          ﻭﺇﺫا ﻧﺰﻟﺖ ﺑﻪ ﻧﺎﺯﻟﺔ ﺃﺧﺮﻯ ﻟﻢ ﻳﺮﺗﺒﻂ ﺑﺎﻟﺼﺤﺎﺑﻲ اﻟﺬﻱ ﺃﻓﺘﺎﻩ ﺃﻭﻻ ﺑﻞ ﻳﺴﺄﻝ ﻋﻨﻬﺎ ﻣﻦ ﺷﺎء ﻣﻦ ﺃﺻﺤﺎﺏ ﺭﺳﻮﻝ اﻟﻠﻪ - ﺻﻠﻰ اﻟﻠﻪ ﻋﻠﻴﻪ ﻭﺳﻠﻢ - ﺛﻢ ﻳﻌﻤﻞ ﺑﻔﺘﻴﺎﻩ.

                          7/306

                          Parmi ce qu'il cite رحمه الله :

                          Quant à la forme de taqlîd dans laquelle les générations tardives ont contredit les sahâbahs رضوان الله عليهم et autres parmi les gens des siècles dont la vertu est reconnue (les trois premiers siècles), c'est le fait d'imiter un homme en particulier à l'exclusion d'autrui et de tous les autres savants. Il n'existe aucun texte du Livre ni de la Sounnah l'indiquant ni aucune parole provenant d'un seul des compagnons du Messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم. Se limiter à n'imiter qu'un seul savant en particulier fait partie des innovations apparues au quatrième siècle. Et quiconque prétend le contraire, alors qu'il nous nomme un seul homme durant les trois premiers siècles qui se soit rangé dans le madhhab d'un homme en particulier. Chose qu'il ne pourra jamais faire étant donné que cela ne s'est jamais produit.

                          ﻭﺃﻣﺎ ﻧﻮﻉ اﻟﺘﻘﻠﻴﺪ اﻟﺬﻱ ﺧﺎﻟﻒ ﻓﻴﻪ اﻟﻤﺘﺄﺧﺮﻭﻥ اﻟﺼﺤﺎﺑﺔ ﻭﻏﻴﺮﻫﻢ ﻣﻦ اﻟﻘﺮﻭﻥ اﻟﻤﺸﻬﻮﺩ ﻟﻬﻢ ﺑﺎﻟﺨﻴﺮ، ﻓﻬﻮ ﺗﻘﻠﻴﺪ ﺭﺟﻞ ﻭاﺣﺪ ﻣﻌﻴﻦ ﺩﻭﻥ ﻏﻴﺮﻩ، ﻣﻦ ﺟﻤﻴﻊ اﻟﻌﻠﻤﺎء.
                          ﻓﺈﻥ ﻫﺬا اﻟﻨﻮﻉ ﻣﻦ اﻟﺘﻘﻠﻴﺪ، ﻟﻢ ﻳﺮﺩ ﺑﻪ ﻧﺺ ﻣﻦ ﻛﺘﺎﺏ ﻭﻻ ﺳﻨﺔ، ﻭﻟﻢ ﻳﻘﻞ ﺑﻪ ﺃﺣﺪ ﻣﻦ ﺃﺻﺤﺎﺏ ﺭﺳﻮﻝ اﻟﻠﻪ - ﺻﻠﻰ اﻟﻠﻪ ﻋﻠﻴﻪ ﻭﺳﻠﻢ
                          ﻓﺘﻘﻠﻴﺪ اﻟﻌﺎﻟﻢ اﻟﻤﻌﻴﻦ ﻣﻦ ﺑﺪﻉ اﻟﻘﺮﻥ اﻟﺮاﺑﻊ، ﻭﻣﻦ ﻳﺪﻋﻲ ﺧﻼﻑ ﺫﻟﻚ، ﻓﻠﻴﻌﻴﻦ ﻟﻨﺎ ﺭﺟﻼ ﻭاﺣﺪا ﻣﻦ اﻟﻘﺮﻭﻥ اﻟﺜﻼﺛﺔ اﻷﻭﻝ، اﻟﺘﺰﻡ ﻣﺬﻫﺐ ﺭﺟﻞ ﻭاﺣﺪ ﻣﻌﻴﻦ، ﻭﻟﻦ ﻳﺴﺘﻄﻴﻊ ﺫﻟﻚ ﺃﺑﺪا ; ﻷﻧﻪ ﻟﻢ ﻳﻘﻊ اﻟﺒﺘﺔ.


                          7/307

                          Commentaire


                          • #14
                            L'imâm ach Chanqîti رحمه الله
                            Il dit en réfutant ceux qui justifient le suivi aveugle d'un des quatre imams en se basant sur la parole d'Allâh:

                            وَالسَّابِقُونَ الْأَوَّلُونَ مِنَ الْمُهَاجِرِينَ وَالْأَنْصَارِ وَالَّذِينَ اتَّبَعُوهُمْ بِإِحْسَانٍ رَضِيَ اللَّهُ عَنْهُمْ وَرَضُوا عَنْهُ وَأَعَدَّ لَهُمْ جَنَّاتٍ تَجْرِي تَحْتَهَا الْأَنْهَارُ خَالِدِينَ فِيهَا أَبَدًا ذَلِكَ الْفَوْزُ الْعَظِيمُ
                            Les tout premiers parmi les Emigrés et les auxiliaires et ceux qui les ont suivis dans un beau comportement, Allâh les agrée et ils l'agréent. Il a préparé pour eux des jardins sous lesquels coulent des ruisseaux et ils y demeureront éternellement. Voilà l'énorme victoire.
                            (At tawbah 101)
                            Leur argumentation; que leur imitation fait partie de leur suivi dans un beau comportement car celui qui les imite fait partie de ceux qu'Allâh agrée par preuve de ce verset, est également fausse. Etant donné que ceux qui les ont suivis dans un beau comportement sont ceux qui ont acheminé sur la même voie qu'eux par leur application du Livre et de la Sounnah du Messager d'Allâhصلى الله عليه وسلم . Il n'y avait aucun d'entre qui imitait un homme aveuglement à en délaisser le Livre et la Sounnah pour sa parole.

                            Ceux qui imitent aveuglement ne font pas du tout partie de leurs (les quatre imams) suiveurs mais ils sont ceux qui les contredisent le plus et qui sont les plus éloignés de leur suivi. Les plus grands suiveurs de Mâlik رحمه اللهsont des gens à l'instar de Ibn Wahb et de ses semblables par ex . Ces gens qui exposent leurs paroles face au Livre et à la Sounnah et ne prennent que ce qui s'y conforme. Les plus grands suiveurs d'Abou Hanîfah sont Abou Yousouf et Mohammed bien qu'ils l'aient contredit bon nombre de fois en vue de suivre la preuve du Livre et de Sounnah. Les plus grands suiveurs des congénères de Ahmed Ibn Hanbal sont al Boukhâri, Mouslim, Abou Dâoud et al Athram car ils faisaient prédominer la preuve sur son avis ou l'avis de quiconque…

                            (Remarque de Khalîl: Est-ce que les plus grands partenaires et proches élèves des quatre imams s'apparentaient à eux en se disant hanafi comme Abou Yousouf, ou maliki comme Ibn 'AbdilBarr et autre?)

                            وَأَمَّا اسْتِدْلَالُهُمْ عَلَى التَّقْلِيدِ بِقَوْلِهِ تَعَالَى: وَالسَّابِقُونَ الْأَوَّلُونَ مِنَ الْمُهَاجِرِينَ وَالْأَنْصَارِ وَالَّذِينَ اتَّبَعُوهُمْ بِإِحْسَانٍ رَضِيَ اللَّهُ عَنْهُمْ وَرَضُوا عَنْهُ ، قَائِلِينَ: إِنَّ تَقْلِيدَهُمْ مِنْ جُمْلَةِ اتِّبَاعِهِمْ بِإِحْسَانٍ، فَمُقَلِّدُهُمْ مِمَّنْ رَضِيَ اللَّهُ عَنْهُ بِنَصِّ الْآيَةِ فَهُوَ ظَاهِرُ السُّقُوطِ أَيْضًا ; لِأَنَّ الَّذِينَ اتَّبَعُوهُمْ بِإِحْسَانٍ هُمُ الَّذِينَ سَارُوا عَلَى مِثْلِ مَا كَانُوا عَلَيْهِ مِنَ الْعَمَلِ بِكِتَابِ اللَّهِ وَسُنَّةِ رَسُولِهِ - صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ، فَلَمْ يَكُنَ أَحَدٌ مِنْهُمْ يُقَلِّدُ رَجُلًا وَيَتْرُكُ الْكِتَابَ وَالسُّنَّةَ لِقَوْلِهِ.
                            فَالْمُقَلِّدُونَ التَّقْلِيدَ الْأَعْمَى لَيْسُوا مِمَّنِ اتَّبَعُوهُمُ الْبَتَّةَ، بَلْ هُمْ أَعْظَمُ النَّاسِ مُخَالَفَةً لَهُمْ، وَأَبْعَدُهُمْ عَنِ اتِّبَاعِهِمْ، فَأَتْبَعُ النَّاسِ لِمَالِكٍ مَثَلًا ابْنُ وَهْبٍ وَنُظَرَاؤُهُ، مِمَّنْ يَعْرِضُونَ أَقْوَالَهُ عَلَى الْكِتَابِ وَالسُّنَّةِ فَيَأْخُذُونَ مِنْهَا مَا وَافَقَهُمَا دُونَ غَيْرِهِ.
                            وَأَتْبَعُ النَّاسِ لِأَبِي حَنِيفَةَ أَبُو يُوسُفَ وَمُحَمَّدٌ مَعَ كَثْرَةِ مُخَالَفَتِهِمَا لَهُ، لِأَجْلِ الدَّلِيلِ مِنْ كِتَابٍ أَوْ سُنَّةٍ
                            7 330

                            Commentaire


                            • #15
                              Parole d'Ibn al Qayim
                              Tout comme nous savons de toute évidence qu'il n'y avait pas une seule personne à l'époque des compagnons qui se restreignait à ne prendre que d'un seul homme (parmi eux) en l'imitant dans tous ses avis, n'en délaissant aucun tout en délaissant les avis d'autrui sans en accepter aucun . Et nous savons toujours par évidence que cela n'a pas non plus eu lieu à l'époque des tâbi'în ni des suiveurs des tâbi'în. Alors que les mouqallidoun (les imitateurs aveugles) osent nous démentir en nous présentant un seul homme ayant pris leur voie insalubre à l'époque des siècles de vertu comme les a décrits le Prophèteصلى الله عليه وسلم .
                              Cette innovation ne s'est produite qu'à partir du quatrième siècle, époque blâmée par le Prophète صلى الله عليه وسلم . Ceux qui imitent aveuglément leurs meneurs (dans leur optique) dans tout ce qu'ils disent, qui par cela jugent permis ou interdit dans les domaines touchant aux rapports conjugaux, aux vies ainsi qu'aux biens des gens sans même pouvoir distinguer ce qui est juste de ce qui ne l'est pas (des avis de ceux qu'ils imitent), encourent un très grand danger. Une dure rencontre debout devant Allâh les attend, lors de laquelle celui qui aura parlé sur Allâh sans science réalisera qu'il ne se tenait sur rien …

                              Et l'imam ach Chanqîty رحمه اللهrapporta cette citation d'Ibn al Qayim dans son tafsîr adwa al bayân.

                              وَأَيْضًا فَإِنَّا نَعْلَمُ بِالضَّرُورَةِ أَنَّهُ لَمْ يَكُنْ فِي عَصْرِ الصَّحَابَةِ رَجُلٌ وَاحِدٌ اتَّخَذَ رَجُلًا مِنْهُمْ يُقَلِّدُهُ فِي جَمِيعِ أَقْوَالِهِ فَلَمْ يُسْقِطْ مِنْهَا شَيْئًا، وَأَسْقَطَ أَقْوَالَ غَيْرِهِ فَلَمْ يَأْخُذْ مِنْهَا شَيْئًا. وَنَعْلَمُ بِالضَّرُورَةِ أَنَّ هَذَا لَمْ يَكُنْ فِي عَصْرِ التَّابِعِينَ وَلَا تَابِعِي التَّابِعِينَ، فَلْيَكْذِبْنَا الْمُقَلَّدُونَ بِرَجُلٍ وَاحِدٍ سَلَكَ سَبِيلَهُمْ الْوَخِيمَةَ فِي الْقُرُونِ الْفَضِيلَةِ عَلَى لِسَانِ رَسُولِ اللَّهِ - صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ -، وَإِنَّمَا حَدَثَتْ هَذِهِ الْبِدْعَةُ فِي الْقَرْنِ الرَّابِعِ الْمَذْمُومِ عَلَى لِسَانِ رَسُولِ اللَّهِ - صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ -؛ فَالْمُقَلَّدُونَ لِمَتْبُوعِهِمْ فِي جَمِيعِ مَا قَالُوهُ يُبِيحُونَ بِهِ الْفُرُوجَ وَالدِّمَاءَ وَالْأَمْوَالَ، وَيُحَرِّمُونَهَا، وَلَا يَدْرُونَ أَذَلِكَ صَوَابٌ أَمْ خَطَأٌ، عَلَى خَطَرٍ عَظِيمٍ، وَلَهُمْ بَيْنَ يَدَيْ اللَّهِ مَوْقِفٌ شَدِيدٌ يَعْلَمُ فِيهِ مَنْ قَالَ عَلَى اللَّهِ مَا لَا يَعْلَمُ أَنَّهُ لَمْ يَكُنْ عَلَى شَيْءٍ, انهى
                              إعلام الموقعين

                              Commentaire

                              Chargement...
                              X