Annonce

Réduire
Aucune annonce.

L'adjectif coupé, et pourquoi il y a une fathah à hammâlah dans sûrah al-masad

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • L'adjectif coupé, et pourquoi il y a une fathah à hammâlah dans sûrah al-masad

    النَّعْتُ المَقْطُوعُ
    L'adjectif coupé

    Le نَعْت (naʿt, adjectif) peut être coupé du مَنْعُوت (manʿût, le nom qu'il décrit) en changeant sa terminaison casuelle.

    C'est fait soit en supposant un مُبْتَدَأٌ (mubtada'), soit en supposant un فِعْلٌ (fiʿl, verbe).


    A) En supposant un mubtada'

    Exemple de mubtada' supposé :

    أَطْعِمْ هَذَا الوَلَدَ المِسْكِينُ
    'aţʿim hâdha l-walada l-miskînu
    Nourris cet enfant, le pauvre.


    Ici, المِسْكِينُ est un naʿt maqţûʿ (adjectif coupé) car il est le khabar d'un mubtada' supposé qui est هُوَ, c.-à-d. :

    أَطْعِمْ هَذَا الوَلَدَ (هُوَ) المِسْكِينُ
    Nourris cet enfant, [il est] le pauvre.


    B) En supposant un fiʿl

    Le fiʿl supposé peut être un de ces 3 :
    1. أَمْدَحُ - Je loue
    2. أَذُمُّ - Je condamne
    3. أَعْنِي - Je veux dire
    ● Exemple de fiʿl أَمْدَحُ supposé :

    نَجَحَ ذَلِكَ الطَّالِبُ الذَّكِيَّ
    najaĥa dhâlika ţ-ţâlibu l-dhakiyya
    L'étudiant a réussi, l'intelligent.

    Ici, الذَّكِيَّ est un naʿt maqţûʿ car il est mafʿûl bihî du verbe supposé amdaĥu, c.-à-d. :

    L'étudiant a réussi, [je loue] l'intelligent.

    نَجَحَ ذَلِكَ الطَّالِبُ (أَمْدَحُ) الذَّكِيَّ
    L'étudiant a réussi, [je loue] l'intelligent.

    ● Exemple de fiʿl أَذُمُّ supposé :

    مَا سَلَّمْتُ عَلَى ذَلِكَ الرَّجُلِ الْمُتَكَبِّرَ
    mâ sallamtu ʿalâ dhâlika r-rajuli l-mutakabbira
    Je n'ai pas salué cet homme, le hautain.

    Ici al-mutakabbir est un naʿt maqţûʿ car il est mafʿûl bihî du verbe supposé adhummu :

    مَا سَلَّمْتُ عَلَى ذَلِكَ الرَّجُلِ (أَذُمُّ) الْمُتَكَبِّرَ
    Je n'ai pas salué cet homme, [je condamne] le hautain.

    ● Dans les deux exemples ci-dessus, le verbe supposé peut aussi être أَعْنِي :

    نَجَحَ ذَلِكَ الطَّالِبُ (أَعْنِي) الذَّكِيَّ
    L'étudiant a réussi, [je veux dire] l'intelligent.

    مَا سَلَّمْتُ عَلَى ذَلِكَ الرَّجُلِ (أَعْنِي) الْمُتَكَبِّرَ
    Je n'ai pas salué cet homme, [je veux dire] le hautain.


    Dans la Alfiyyah

    Ibn Mâlik dit dans son Alfiyyah :

    وارْفَعْ أَوِ انْصْبْ إنْ قَطَعْتَ مُضْمِرًا
    مُبْتَدَأً أَوْ نَاصِبًا لَنْ يَظْهَرَا

    Ce vers se trouve dans le bâb du naʿt. Il dit :

    Si tu coupes [le naʿt], rends-le marfûʿ ou manşûb
    en supposant un mubtada' ou un nâşib (verbe)
    qui n'apparaîtront pas
    Ici :

    مُضْمِرًا est ĥâl. Il signifie : en supposant, en cachant ;
    مُبْتَدَأً est mafʿûl bih ;
    نَاصِبًا est maʿţûf ;
    لَنْ يَظْهَرَا signifie que les éléments supposés - mubtada' ou fiʿl - ne doivent pas être mentionnés (dans la parole originale).


    Sagesse dans le fait de couper le naʿt

    On coupe le نَعْت pour attirer l'attention de l'auditeur, qui ne prêtera pas attention à lui si le naʿt a la même terminaison casuelle que le manʿût, alors que quand il a une terminaison différente cela attirera immédiatement son attention sur lui.


    Exemple dans le Saint Coran

    Un très bon exemple de نَعْت مَقْطُوع - adjectif coupé - se trouve dans sûrah al-Masad, dans les deux versets suivants :

    وَامْرَأَتُهُ حَمَّالَةَ الْحَطَبِ * فِي جِيدِهَا حَبْلٌ مِّن مَّسَدٍ ﴿

    إعْرَابُ الآيَتَيْنِ

    امْرَأَتُ(هُ) est mubtada'
    فِي جِيدِهَا حَبْلٌ مِّن مَّسَدٍ est son khabar
    حَمَّالَةَ الْحَطَبِ est نَعْت مَقْطُوع
    حَمَّالَةَ est le mafûl bihî du fiʿl supposé أَذُمُّ ou أَعْنِي , et le fiʿl supposé est le نَاصِب de حَمَّالَةَ, le rendant manşûb :

    وَامْرَأَتُهُ (أَذُمُّ / أَعْنِي) حَمَّالَةَ الْحَطَبِ

    Résumé de la leçon
    • Le naʿt peut être coupé du manʿût en changeant sa terminaison casuelle,
      soit en supposant un مُبْتَدَأٌ soit en supposant un فِعْلٌ .
    • Le verbe supposé peut être un de ces trois : أَمْدَحُ، أَذُمُّ، أَعْنِي
    • La sagesse de cela est d'attirer l'attention de l'auditeur.
    • Sûrah al-Masad contient un très bon exemple.

    Source : l'auteur des livres de Médine sur son site drvaniya.com, leçon de grammaire n° 3
    « Le signe des gens de la Sunnah est qu'ils suivent les Salaf as-Sâlih et délaissent tout ce qui est innové et nouvellement introduit dans la religion. » – Imâm el Asbahâniy [m. 535 H]
Chargement...
X