Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Parole de Cheikh Rabi’ expliquant la légitimité de nos critiques à son encontre aujourd'hui

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Parole de Cheikh Rabi’ expliquant la légitimité de nos critiques à son encontre aujourd'hui

    بسم الله الرحمن الرحيم
    الصلاة والسلام على النبي وعلى آله وصحبه أجمعين
    أما بعد

    Voici une parole de cheikh Rabi' datant de la fitnah de Fâlih al Harbi démontrant une fois de plus que nous appliquons justement ces règles authentiques conformes au manhaj des salafs pour lesquelles il fut surnommé porteur de l’étendard du Jarh wa at Ta’dîl.

    Cheikh Rabî’ dit en réfutation a Fâlih al Harbi:

    Vous avez été interrogés au sujet de certaines personnes en particulier, célèbres auprès des gens pour la salafiyah et pour y appeler, et parmi ces personnes se trouvent des savants - dans la vision des gens- et vous les avez sortis de la salafiyah. Le fait de les en sortir est une critique sévère à leur encontre. Cela a besoin de preuves car si tu n’en apportes pas ni tu n’en cites les causes les gens verront que tu auras été injuste envers eux. Que tu les as lésés,
    que tu les as diffamés dans leur Religion sans droit tu t’es alors rendu coupable auprès d'eux. Tu te retrouves dans le besoin de t’innocenter dans ton honneur et dans ta religion. Et si tu ne le fais pas les gens te diffameront chose que ni toi ni les autres
    (faisant sûrement allusion à ses suiveurs) n’agréeront; ce qui causera une fitnah dont il résultera une divergence entre les salafis et s’en suivra une grande série d’échange de diffamations (entre eux) sans fin tant que tu ne citeras pas les causes convaincantes t’ayant poussé à sortir (ces personnes de la salafiyah). Probablement que toi même tu réclamerais que l’on te cite les causes si quelqu’un venait à te critiquer ou à te sortir de la salafiyah...

    Cheikh Rabî’ a agi exactement de la sorte avec Cheikh Yahyâ al Hajouri et ses élèves à la différence que Fâlih ne citait aucune preuve et que Cheikh Rabî’ lui, n’a cité brièvement que des choses minimes, mensongères, inventées, inexistantes, hors contexte et exagérées qui ont toute été scientifiquement réfutées donc il ne reste plus rien. Cela revient à persister sur une critique et une sortie de la salafiyah sans preuve.
    Nous clarifions notre position pour ses suiveurs fanatiques par ses propres paroles expliquant notre critique à ce jour tout à fait légitime à son encontre.

    La différence entre nous et eux face à cet homme est comme la différence entre ceux qui, lors du mois de Ramadân, se donnent le droit de boire et de manger tant qu’ils n’entendent pas l’adhân même si le temps est rentré avec certitude et que l’aube est apparente pour tous. Nous leur disons que oui, dans la Sounnah la base est qu’il faut entendre l’adhân si l’on sait que ce dernier est accompli en temps et en heure car le mouadhdhin peut se tromper et Allâh a dit:

    وَكُلُوا وَاشْرَبُوا حَتَّىٰ يَتَبَيَّنَ لَكُمُ الْخَيْطُ الْأَبْيَضُ مِنَ الْخَيْطِ الْأَسْوَدِ مِنَ الْفَجْرِ ۖ ثُمَّ أَتِمُّوا الصِّيَامَ إِلَى اللَّيْلِ ۚ
    mangez et buvez jusqu'à ce que se distingue, pour vous, le fil blanc de l'aube du fil noir de la nuit. Puis accomplissez le jeûne jusqu'à la nuit.
    (al Baqarah v 187)

    L'élément majeur est la l'apparition de l'aube, que l'on entende l'adhân ou pas. Résultat, leur jeûne sera nul même s'ils s'abstiennent de manger ou de boire jusqu'au coucher du soleil.Telle est l'attitude que doit avoir le salafi dans sa religion. On suit les règles données par Notre Seigneur qui nous sont ensuite enseignées par les hommes. C'est à l'individu qui qu'il soit de suivre et d'appliquer ce manhaj et non au manhaj de s'adapter à lui.

    Texte original en arabe :
    إنكم سُئلتم عن أشخاص معيَّنين مشهورين عند الناس بالسَّلفية والدعوة إليها وفيهم علماء -في نظر النَّاس- فأخرجتهم من السَّلفية وهذا الإخراج جرحٌ شديد فيهم يحتاج إلى أدلَّة
    فإذا لم تأتِ بالأدلة وأسباب هذا الجرح رأى الناس أنك قد ظلمتَهم وتعدَّيتَ عليهم وطعنتَ في دينهم بغير وجه حقٍّ فصرتَ متَّهَمًا عند الناس فتحتاج إلى استبراء دينِك وعرضك فإن لم تفعل طَعن فيك الناسُ ولن ترضى أنت ولا غيرُك بهذا الطعن فتقوم الفتنة ويحصل الاختلاف بين السَّلفيين وتكثر الطُّعون المتبادلة ولا يُحسَم ذلك إلا بذِكر الأسباب
    المقنعة بهذا الإخراج وقد تطالِب أنت نفسك بِذِكر الأسباب إن جَرَحك أحدٌ أو أخرجك من السَّلفية
    «مجموع الكتب والرسائل» (9/147-148)
    والحمد لله رب العالمين


  • #2
    Toujours dans la série de ce qui est reprochable au Docteur al Madkhali de ses propres dires des règles qu'il applique sur les autres.
    Il disait à l'époque à Mahmoud al Haddâd (celui à qui est attribué la secte haddâdiyah):
    L’injustice n’est que dans le fait de diffamer une personne par ce qui n’est pas en lui, même s’il était un mécréant. Cet acte n’est commis que par un injuste
    ignare. Et combien de fois cela se produit de la part des gens des passions et de l’innovation; d'être injustes envers les gens de la Sounnah. Ils les diffament et les accusent de ce dont ils sont innocents, chose qu’a faite
    al Haddâd l’ignare et grand injuste.
    Fin de parole.

    Je précise que ces paroles ici et dans l’autre poste proviennent des hizbis fanatiques du cheikh qu’ils propagent ces jours ci pour tenter de réfuter Mohammed Ibn Hâdi et ses suiveurs dans leur divergence actuelle.

    Source:
    نما الظلم أن تطعن في إنسان بما ليس فيه ولو كان كافرًا، وهذا الفعل لا يفعله إلا ظالم جهول، وكم يحصل هذا من أهل الأهواء والبدع يظلمون أهل السنة فيرمونهم ويطعنون فيهم بما هم منه برآء، وقد فعله الحداد الظلوم الجهول".

    [مجازفات الحدّاد و مخالفته لمنهج السلف ٢٢]


    Commentaire

    Chargement...
    X